divertissement

À l’exclusion. Ses célèbres parents, son refus de faire The Voice pendant 10 ans, ses collaborations avec Slimane … Jim Bauer se confie

C’est l’une des sensations de The Voice 2021: Jim Bauer, fils d’Axel Bauer et de Nathalie Cardonne, a fasciné les coachs avec sa reprise de «It’s a man’s world». Rencontre avec un passionné!

Son visage ne vous dit – pour le moment – rien, mais il vous dira son nom: ce samedi 13 février, les téléspectateurs de TF1 ont fait la découverte de Jim Bauer, qui a fasciné les entraîneurs de La voix avec sa reprise de “It’s a man’s world”. A 28 ans, ce dernier – fils du chanteur Axel Bauer – auquel on doit entre autres “Eteignez la lumière”, “Cargo” ou “Al posto mio” en duo avec Zazie – et le chanteur Nathalie Cardone – a déjà une belle carrière derrière lui. Alors qu’il vient de rejoindre l’équipe de Marc Lavoine, raconte en exclusivité pour Télé-Loisirs.fr son parcours atypique, avec passion et recul sur son étrange situation …

Télé-Loisirs.fr: Qu’est-ce qui vous a poussé à tenter l’aventure de The Voice?

Jim Bauer: J’ai refusé de faire le spectacle pendant près de 10 ans. J’ai été vu dans le métro à 20 ans et je suis allé à la réunion, mais je ne me sentais pas prêt pour cela. Après ça, ce n’était pas possible … Mais cette saison, les étoiles se sont alignées pour que je puisse faire partie de l’aventure.

Dans votre portrait, vous dites que votre passe-temps est de chanter dans la rue!

J’ai passé mon adolescence à Carpentras, dans le sud, et pendant mon temps libre j’ai gagné de l’argent pour jouer devant la cathédrale. Quand je suis rentré à Paris après avoir terminé mes études secondaires, j’ai continué à le faire en tant que job étudiant, car cela me prenait autant voire plus que de travailler chez McDonald’s (rires). J’ai beaucoup joué à Montmartre, et c’est là que j’ai aussi perfectionné mon anglais, car il y avait beaucoup de touristes et parfois j’allais manger avec eux après, c’était super sympa!

READ  La France a déménagé après sa mort, les hommages

Vous êtes le fils de deux chanteurs célèbres: Axel Bauer et Nathalie Cardone. Et vous ne dites pas cela dans votre portrait de l’émission …

Pour moi, ce sont mes parents, ce ne sont pas des personnes célèbres. La chose quelque peu ennuyeuse d’être les enfants de célébrités, c’est qu’au lieu de supposer qu’ils ne nous connaissent pas, les gens ont une histoire formatée en tête. Cependant, je n’ai aucune histoire qui soit attribuée à la plupart des «enfants de»! Oui, car être célèbre et être riche sont deux choses différentes. Donc ça ne veut pas dire que tu es nécessairement né avec une cuillère en or dans la bouche … Je n’avais pas forcément une vie avec de l’argent, et depuis mes 18 ans, je l’ai pris. C’est vrai que c’est ennuyeux qu’ils me prêtent une histoire qui n’est pas la mienne. Mais c’est le jeu …

Tes parents t’ont-ils aidé dans ta carrière?

Non ! J’ai toujours voulu que mes parents aient une certaine distance par rapport à mon travail, donc ils ne se sont jamais mêlés de rien. Je n’ai jamais accepté aucun contact de leur part et ils ne m’ont jamais proposé de toute façon. Oui, car ils savent que je ne veux que des relations «parents / enfants» avec eux. De plus, ce n’est pas leur genre.

Contrairement à certains fils de stars comme M, vous vouliez garder votre vrai nom pour votre carrière professionnelle. Avez-vous hésité?

J’ai longtemps utilisé un surnom et j’ai fini par me rendre compte que tous les enfants d’artistes que je prends comme exemple ont gardé les noms de leurs parents: Jeff Buckley, Charlotte Gainsbourg, Michael Douglas pour n’en nommer que quelques-uns. Tous ceux qui ont le sentiment qu’ils ont réussi à imposer leur identité et qu’on oublie qu’ils sont enfants de stars, ont finalement gardé leur vrai nom. Et en plus, le mien sonne plutôt bien, je pense (rires).

READ  An Early Si Grand Soleil: Récapitulation de l'épisode 468 du vendredi 28 août 2020 [SPOILERS] - Série d'actualités télévisées

Dans votre carrière bien remplie, vous avez notamment travaillé avec Slimane. Vous a-t-il donné des conseils pour rendre votre aventure The Voice aussi efficace que possible?

Non, j’avoue que je n’ai appelé personne pour The Voice. Les 10 années où j’ai dit “non” m’ont permis de savoir exactement ce que je voulais faire dans The Voice …

C’est-à-dire ?

Souvent, ce qu’on m’a dit en tant qu’artiste, c’est que j’étais trop “bricoleur”. Avec trop de styles différents et de voix différentes. The Voice est un excellent moyen de montrer tous les aspects de ma personnalité artistique. Je voulais aussi raconter mon histoire, car les gens ont tendance, c’est vrai, à prendre des raccourcis à cause de mes parents.

Les trois entraîneurs ont tourné en même temps depuis le début de votre performance, que vous êtes-vous dit?

Pour être honnête, je ne l’ai même pas vu! J’ai fermé les yeux pendant 1m30 et quand je les ai rouverts, tous les trois ont été abattus (rires.) J’avais tellement de pression, parce que je n’arrêtais pas de me dire: “la seule chose qui me manquerait serait que je refuse de faire la chose 10 ans n’ont pas tourné autour! »Et au final ça s’est bien terminé …

Vous avez travaillé pour Florent Pagny, mais avez choisi de ne pas rejoindre son équipe. Pouquoi ?

En fait, j’ai travaillé avec Slimane sur l’album de Florent Pagny, même s’il ne m’a jamais rencontré. Et je ne voulais pas rejoindre une équipe d’entraîneurs avec qui j’avais des liens professionnels. Donc pas Florent Pagny, car j’ai travaillé, même indirectement, avec lui, et Amel Bent a le même manager que Slimane. Je voulais aller en terrain complètement neutre. Vianney ne s’est pas retourné, donc la question ne s’est pas posée, et Marc, j’ai dû le choisir quand même, car c’est un bricoleur, c’est un acteur, chanteur, compositeur … je savais qu’il l’était je comprendrai aussi que je Je ne suis pas obsédé par le chant à tout prix (sourires).

READ  "20H vous répond": que se passe-t-il si un élève est positif dans une classe?

Et au final, comment qualifieriez-vous votre manager?

Il est extrêmement impliqué et présent, il est vraiment mignon. Il est toujours là pour nous: c’est un très bon entraîneur …

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer