Économie

Airbus veut commercialiser un avion à hydrogène en 2035, annonce son président

C’est un “Axe stratégique prioritaire”. Airbus travaille sur trois concepts d’avions propulsés à l’hydrogène, avec l’ambition d’être le premier constructeur à mettre en service un tel avion en 2035, a déclaré Guillaume Faury, président exécutif de l’avionneur européen, en une réunion le journal Le parisien du lundi 21 septembre.

“Le développement d’un avion bas carbone ne nécessite pas de progrès technologique majeur”, précise le patron de l’avionneur européen, rappelant qu’Airbus utilise déjà la propulsion à l’hydrogène pour ses satellites et la fusée Ariane. Le choix et la maturation des technologies prendront cinq ans et, selon M. Faury, il faudra deux ans pour déterminer une liste de fournisseurs et de sites industriels. Il l’estime “Le programme est prévu vers 2028”.

Cette chronologie correspond à l’objectif d’un “Avion zéro émission”, lancé début juin par le gouvernement français, qui prévoyait de lui allouer 1,5 milliard d’euros d’ici 2022 dans le cadre de son plan de soutien au secteur aéronautique, endommagé par la crise due au coronavirus.

Article réservé à nos membres Lire aussi Aéronautique: Airbus et Boeing sombrent dans la crise

Trois concepts

Airbus a préparé trois concepts, que Guillaume Faury a illustrés dans cet entretien avec Parisien. Le premier est celui d’un avion de configuration classique pouvant atteindre jusqu’à 200 sièges, avec une autonomie de plus de 3 500 km.

Le deuxième concept est celui d’un avion à hélice pouvant transporter environ 100 passagers, mais pour des trajets plus courts.

Le troisième concept est basé sur le principe d’une aile volante d’environ 200 places. Guillaume Faury estime que cette piste devrait permettre à Airbus d’étudier une configuration complètement différente pour le stockage et la propulsion de l’hydrogène.

READ  Bayer Bureau Veritas, projet 600, Faurecia, Iliad, Lonza, Poxel, Valeo ...

Hydrogène “Vert” il doit être produit à partir d’électricité d’origine renouvelable, alors qu’aujourd’hui il est beaucoup plus cher que l’hydrogène d’origine fossile dont la production est très polluante.

Article réservé à nos membres Lire aussi Face à la crise, Airbus choisit la voie dure et prévoit de supprimer 15000 emplois

Le Monde avec l’AFP et Reuters

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer