Actualité à la Une

Amadou Toumani Touré, ancien président du Mali, est décédé

L’ancien président Malien Amadou Toumani Touré («ATT»), qui a dirigé le pays de 2002 à 2012 avant d’être renversé lors d’un coup d’État militaire, est décédé dans la nuit du lundi 9 au mardi 10 novembre en Turquie, à l’âge de 72 ans. un parent et un médecin ont signalé. “Amadou Toumani Touré est mort dans la nuit de lundi à mardi en Turquie, où il a été évacué pour des raisons de santé”Oumar Touré, neveu du défunt, a annoncé à l’Agence France-Presse (AFP).

Amadou Toumani Touré avait récemment souffert «Une opération du cœur à l’hôpital luxembourgeois de Bamako, qu’il a créée. Tout semblait aller bien “a déclaré un médecin de l’hôpital sous couvert d’anonymat. «Nous avons donc décidé de l’évacuer de manière sanitaire. Il s’est récemment rendu en Turquie sur un vol régulier. Malheureusement, il est mort dans la nuit de lundi à mardi “, Il ajouta.

Lire aussi Mali: l’ancien autocrate Moussa Traoré décède

Le nom d’Amadou Toumani Touré a été associé à la transition démocratique du Mali. Soldat de carrière, “ATT” faisait partie du groupe d’officiers qui a renversé Moussa Traoré en 1991 après la mort d’une centaine de manifestants pour la démocratie. Porté à la tête de cette junte, il organise les élections de l’année suivante et cède le pouvoir à un président civil, ce qui lui vaut le surnom de “Soldat de la démocratie”. Il quitte ensuite l’armée avec le grade de général pour être élu président du Mali en 2002, avant d’être réélu en 2007.

Réformes démocratiques

«ATT» avait été salué pour les réformes démocratiques mises en œuvre dans son pays, jusqu’à son renversement en mars 2012 par un coup d’État de soldats qui se sont mutinés contre l’incapacité du gouvernement à arrêter l’offensive dans le nord. du pays, les rebelles touaregs et l’afflux de jihadistes des pays voisins. Depuis lors, le pays est plongé dans une spirale de violence djihadiste et intercommunautaire qui s’est étendue au centre du pays, ainsi qu’au Burkina Faso et au Niger voisins.

READ  Filmé en train de fouetter son minou, il écope de 4 mois de prison
Lire aussi Sahel: “L’UE doit faire de la gouvernance le cœur d’une stratégie de stabilisation à long terme”

Loin d’arrêter l’avancée des séparatistes et des jihadistes, le coup d’État de 2012 avait au contraire accéléré la défaite de l’armée. Le nord est alors rapidement tombé sous le contrôle des jihadistes, avant l’intervention des forces françaises. Les deux tiers du territoire malien échappent aujourd’hui à l’autorité centrale.

«ATT» disparaît alors que le Mali est à nouveau dans une période de transition, à la suite d’un nouveau coup d’État militaire qui a renversé l’ancien président élu Ibrahim Boubacar Keïta le 18 août. Certains des officiers impliqués dans le coup d’État du 18 août, y compris leur numéro deux, le colonel Malick Diaw, figuraient sur la photo de groupe du coup d’État de 2012.

Le Monde avec l’AFP et Reuters

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer