Actualité à la Une

Amende de 5000 euros demandée à Marine Le Pen et Gilbert Collard pour avoir diffusé des photos d’abus de Daech

RAPPORT D’AUDITION – Les deux personnalités d’extrême droite, dont les avocats dénoncent un procès «politique», risquent théoriquement trois ans de prison.

Face à une salle remplie de journalistes et de forces de l’ordre, le parquet de Nanterre a demandé mercredi 10 février à Marine Le Pen et Gilbert Collard une amende de 5 000 euros. Le président du Rassemblement national (RN) et le député européen comparaissent devant le tribunal pour avoir publié des photos d’abus de l’État islamique (EI) le 16 décembre 2015 sur Twitter et Facebook, en réponse à ce qu’ils croyaient être une confrontation “Indigne” et “inacceptable” entre le FN et Daech réalisé par le journaliste Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

Marine Le Pen et Gilbert Collard admettent volontiers être à l’origine des messages en question: photos d’un soldat syrien frappé par un char, d’un pilote jordanien brûlé vif dans une cage, et d’un journaliste américain décapité la tête appuyée sur le dos, accompagné par le commentaire “Daech, c’est tout”, pour le premier; la photographie d’un homme au sol, visage défiguré, crâne enfoncé, complétée par la phrase “Bourdin compare le FN à Daech: le poids des mots et le choc des blessures! “, pour le second.

Mais à leurs yeux et à ceux de leur défense, l’infraction dont ils sont accusés n’est pas constituée. L’article 227-24 du code pénal prévoit cette “Le fait de diffuser un message à caractère violent, susceptible de porter gravement atteinte à la dignité humaine est puni de trois ans d’emprisonnement et d’une amende de 75 000 euros lorsque ce message risque d’être vu par un mineur”. “C’est le crime, pas la reproduction photographique du crime, qui attaque la dignité humaine!”Manifestations de Marine Le Pen, pantalon noir et longue veste verte.

READ  Que peut encore faire Donald Trump pour contester la victoire de Joe Biden?

Trois ans de prison subis

Prenant l’exemple photo du petit Aylan, un enfant migrant décédé sur une plage en Turquie, poursuit le politique: «Cette photo a été publiée par tous les médias français sans que le parquet ne trouve jamais de raison de lancer un procès de quelque nature que ce soit. Je pense que si cette procédure a été engagée, c’est évidemment parce que j’étais un opposant politique. […] Je pense que le droit d’informer exige la capacité de diffuser des photos, aussi choquantes soient-elles. ».

Gilbert Collard, pantalon bleu et veste noire, abonde dans le même sens. «Si je dois affronter demain quelqu’un qui nie l’Holocauste, je suis parfaitement capable de leur montrer une photo des champs. Si je dois affronter quelqu’un qui nie la violence contre les femmes, je peux leur montrer des photos de femmes maltraitées! “, souligne l’eurodéputé, qui se dit “Très douloureux” avec cette procédure.

De son côté, le procureur assume la poursuite de l’accusé: “Devrions-nous poursuivre tout le monde ou aucun?” Ce n’est pas possible. Il y a forcément un choix à faire, et ce choix se fait en fonction de l’impact sur l’ordre public qu’une action peut avoir. Dans ce cas, il y avait un trouble à l’ordre public causé par cette affaire«Insistez pour que Marine Le Pen et Gilbert Collard aient “Assurez-vous qu’aucun mineur ne peut voir ces messages avant leur diffusion”, le représentant du parquet réclame une amende de 5 000 euros. L’audience se poursuit maintenant avec les mémoires de la défense.

READ  Real Madrid: le Real remporte le Clasico, le résumé du match

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer