Actualité à la Une

après Nice, “mesures complémentaires” à Dunkerque, annonce Jean Castex

Avec un taux d’incidence de 901 cas pour 100 000 habitants, le maire a demandé au gouvernement «d’examiner d’urgence» la situation.

Après confinement partiel Annoncé ce lundi 22 février à Nice et dans 63 communes de la Côte d’Azur, tous les regards sont tournés vers Dunkerque. La situation épidémiologique et les indicateurs sont négatifs. Les dernières données suggèrent un taux d’incidence de 901 cas pour 10 000 habitants dans la communauté urbaine. C’est plus que dans la métropole niçoise (700 cas pour 100 000 habitants). “Mesures de freinage supplémentaires«L’épidémie sera instituée à Dunkerque après concertation avec les élus, a annoncé mardi Matignon. Le Premier ministre Jean Castex dit avoir observé le “forte détérioration des indicateurs de santé ces dernières heures“.

Le maire de la DVG de la ville, Patrice Vergriete, s’est entretenu mardi matin avec le chef du gouvernement. Il a demandé que la situation de sa ville soit “examiné d’urgence ” et alarmé “Un taux croissant de cas de variantes anglaises (environ 72% des cas, éd.) “. “Dunkerque mérite aujourd’hui toute l’attention de l’Etat, tout comme l’agglomération de Nice et des Alpes MaritimesJe pense.

Cependant, la situation entre les deux territoires reste différente. D’abord parce que Dunkerque est une “poche” de contamination, dans un département où pour le moment l’épidémie reste sous contrôle. Le taux d’incidence dans le Nord s’est arrêté à 293 cas pour 100 000 habitants, contre 577 hier dans les Alpes Maritimes. À Mayotte au début du mois, tout le département d’outre-mer a été reconfiguré pour des taux beaucoup plus alarmants: 800 cas pour 100 000 habitants. Si à Dunkerque, avec 86 admissions, l’hôpital atteignait le point de saturation, les patients étaient rapidement transférés vers d’autres établissements de la région.

READ  Peines de prison demandées contre l'ancien numéro 2 de la FIFA et patron de BeIN Media

Enfin, si la ville – et sa plage – est appréciée des visiteurs, le potentiel touristique de Dunkerque et la mixité de sa population n’ont évidemment rien de commun avec Nice au retour du beau temps. Le risque de propagation de l’épidémie au reste de la France et de l’Europe en raison des flux de voyageurs était beaucoup plus important sur la côte azuréenne.

Dans un communiqué de lundi, la préfecture du nord a rappelé la nécessité d’éviter les rassemblements “même dans des lieux privés“.


VOIR ÉGALEMENT – Covid – Nice: les bonnes décisions?

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer