World

AstraZeneca reprend les tests de vaccins au Royaume-Uni

Un vaccin (illustration). – Koki Kataoka / AP / SIPA

le Groupe pharmaceutique britannique AstraZeneca Les tests au Royaume-Uni d’un vaccin contre l’épidémie de nouveau coronavirus ont repris avec le feu vert des autorités sanitaires, a annoncé le groupe dans un communiqué samedi, trois jours après avoir dû les arrêter.

“Les essais cliniques du vaccin contre le coronavirus d’AstraZeneca ont repris au Royaume-Uni après que la Medicines Medicines Regulatory Authority (MHRA) a confirmé qu’il était sûr”, a déclaré le groupe, qui travaille sur ce projet avec l’Université d’Oxford.

Comité indépendant

le tests de bracketing il a été décidé mercredi après le début d’une “maladie potentiellement inexpliquée”, peut-être un effet secondaire grave, chez un participant au Royaume-Uni. Un comité indépendant a donc été mis en place pour évaluer les risques associés au vaccin. Le comité “a terminé son enquête et a déclaré à la MHRA qu’il était convaincu que les tests reprendraient au Royaume-Uni”, a déclaré AstraZeneca.

Au cours d’une conférence tenue en ligne jeudi, le directeur général du groupe, Pascal Soriot, avait déclaré qu’une telle pause dans les tests n’était pas anormale, mais qu’elle avait plus de résonance compte tenu de l’intérêt autour de ce vaccin, considéré comme l’un des plus prometteurs au monde. Il a également estimé qu’il était encore possible d’obtenir «un vaccin d’ici la fin de l’année» ou «au début de l’année prochaine».

Maintenir la confiance du public

Dans un communiqué séparé, l’Université d’Oxford a confirmé la reprise des études, notant que “dans des tests à grande échelle comme celui-ci, certains participants devraient être malades”. “Chaque cas doit être soigneusement évalué pour garantir une évaluation minutieuse de la sécurité”, a ajouté l’université.

Charlotte Summers, professeur de médecine aux soins intensifs à l’Université de Cambridge, s’est félicitée de la reprise des essais et a déclaré que les chercheurs ont montré leur engagement «à mettre la sécurité au cœur de leur programme de recherche». “Pour lutter contre la pandémie mondiale de Covid-19, nous devons développer des vaccins et des thérapies que les gens se sentent à l’aise d’utiliser”, a-t-il déclaré, estimant que c’était “si vital pour maintenir la confiance du public que nous nous en tenons aux preuves.”

35 “candidats vaccins”

Le vaccin mis au point par AstraZeneca et l’Université britannique d’Oxford est l’un des projets occidentaux les plus avancés, testé sur des dizaines de milliers de volontaires au Royaume-Uni, au Brésil, en Afrique du Sud et, à partir du 31 août, aux États-Unis, dans ce qu’on appelle le phase 3 des essais, la dernière, pour vérifier leur innocuité et leur efficacité.

Dans son dernier point daté de mercredi, l’OMS répertorie 35 «vaccins candidats» évalués dans des essais cliniques humains à travers le monde. Neuf sont déjà à la dernière étape ou se préparent à entrer.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) estime “qu’il peut être nécessaire au moins jusqu’au début de 2021 pour qu’un vaccin contre Covid-19 soit prêt pour l’approbation et disponible en quantités suffisantes” pour une utilisation mondiale.

READ  La première usine de production de masques aux Antilles a ouvert aujourd'hui

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer