Actualité à la Une

Avec un but de Simon Banza, Lens mène un OM en difficulté

Ce n’est pas le résultat face au RC Lens, (défaite 1-0) qui calme l’ambiance autour de l’Olympique de Marseille. Deux banderoles tour à tour «Tu nous fais honte» et «Tu es dégoûtant», ainsi que les affiches anti Jacques-Henri Eyraud donnent le ton de la soirée. Battus il y a une semaine par le PSG au Trophée des Champions et dans une spirale négative au Championnat, avec trois défaites, un nul et un succès ces cinq derniers jours, synonyme d’une sixième place au classement, les hommes d’André Villas-Boas ont coulé en finale de la neuvième journée contre les Lensois.

L’entraîneur portugais avait décidé de se passer de Dimitri Payet au coup d’envoi pour aligner un trio offensif composé de Thauvin, Benedetto et Germain. Malgré une certaine volonté de pousser haut en première période, les Olympiens étaient quasiment inoffensifs, incapables de faire leurs valises malgré la prudence de leurs visiteurs. Leur première moitié a donné le ton d’un seul coup. Sur le plan défensif, même si l’arrière-garde de l’OM était peu utilisée, elle paraissait fiévreuse face à la vivacité de l’adversaire.

1

L’Olympique de Marseille n’a tenté qu’un seul tir en première période contre le RC Lens lors d’un match à domicile. Les Marseillais n’ont jamais eu un si mauvais bilan depuis qu’Opta a analysé la Ligue 1 en 2006-2007. Un chiffre qui montre presque à lui seul la mauvaise performance de Marseille face à Lens.

En seconde période, Racing, conscient de la faiblesse et de la méfiance de son hôte, a pris le jeu plus en main. La fluidité collective, les intentions, étaient lensois. Les transitions verticales qui coupent les lignes marseillaises ont souvent sapé le blocus local. Fofana a créé plusieurs situations avant l’heure et il est logique que la RCL ait marqué. Sur une offensive développée sur le côté gauche, Haidara parvient à passer pour Banza à la 59e minute. L’attaquant Sang-et-Or a réussi à distancer Caleta-Car et Nagatomo pour tromper Mandanda avec une belle tête.

READ  Masque obligatoire: le tribunal administratif demande au préfet du Bas-Rhin de revoir sa copie

Ce ne sont pas les entrées de Payet et Radonjic, dans les places de Benedetto et Thauvin, qui subliment les Marseillais après la 60e minute. Lens avait plusieurs chances plus ou moins nettes de casser comme Kalimuendo en temps de récupération: le Parisien, prêté à Lens cette saison, a croisé Mandanda avant le tir.

L’OM, qui avait subi sa cinquième défaite de la saison en L1, n’avait pas perdu face à une promotion à domicile depuis 2015, devançait Angers (1-2). Mercredi, il a été dit que Marseille mentirait sur les statistiques. Mais pas dans le sens espéré par ses partisans.

Homme du match : Banza

L’attaquant lensois a offert du succès au Racing. Au stade Orange-Vélodrome, il était en vue. En première mi-temps, il a été actif et a pesé sur la défense olympique grâce à sa vitesse et sa puissance, suscitant beaucoup d’inquiétude à Nagatomo notamment. A 26 ‘, il est rejeté in extremis par Caleta-Car qui a frappé vers le but de Mandanda après avoir récupéré un ballon aux pieds de Balerdi. Il y a une minute, il avait reçu un avertissement pour faute sur Germain. En seconde période, à deux minutes (57 °) de son but, Mandanda avait déjà posé la question.

A Marseille, Banza a inscrit son troisième but de la saison en 18 matchs de L1, dont seulement sept en partant.

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer