Top News

Boris Johnson prêt à “aller de l’avant” sans accord à la mi-octobre

La mi-octobre représente la dernière date limite pour la conclusion d’un accord post-Brexit avec l’Union européenne (UE), selon le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui avant l’ouverture à Londres cette semaine du huitième cycle de négociations réitère que le Royaume-Uni ne transigera pas sur son indépendance.

“Nous entrons maintenant dans la phase finale de nos négociations avec l’UE”, selon Downing Street, le chef du gouvernement conservateur, a déclaré lundi 7 septembre, soulageant la pression avant la reprise des discussions mardi.

Le Royaume-Uni a officiellement quitté l’UE le 31 janvier, près de quatre ans après un référendum historique qui a marqué la fin de près de 50 ans d’adhésion à l’UE. Mais il reste régi par la réglementation européenne jusqu’à la fin de l’année, alors que les deux parties tentent de parvenir à un accord de libre-échange.

La date limite du 15 octobre

«L’UE a été très claire sur le timing. Moi aussi. Il doit y avoir un accord avec nos amis européens par le Conseil européen du 15 octobre pour qu’il entre en vigueur d’ici la fin de l’année “, à la fin de la période de transition après le Brexit, souligne Boris Johnson.

“Cela n’a aucun sens de penser à des délais qui vont au-delà, Il croit. Si nous ne pouvons pas parvenir à un accord d’ici là, je ne vois pas d’accord de libre-échange entre nous. Nous devrons l’accepter et passer à autre chose. “

“Nous aurions un accord commercial avec l’UE comme celui de l’Australie”beaucoup moins étendue qu’elle ne représenterait selon lui “Un bon résultat pour le Royaume-Uni”, qui prépare ses infrastructures douanières et portuaires à ce scénario.

READ  après la mort de Ruth Bader Ginsburg, l'hommage et les craintes des Américains devant la Cour suprême

Sans accord, retour aux règles de l’OMC

«Nous aurons la liberté de conclure des accords commerciaux avec n’importe quel pays du monde. Et nous prospérerons putain “, il dit. Mais “Il est toujours possible de trouver un accord (…) Nous continuerons à travailler dur en septembre pour y parvenir”., il continue.

Les négociations butent notamment sur la pêche et sur les conditions d’une concurrence loyale. “Même à ce stade avancé, si l’UE était prête à repenser sa position (…) je serais heureux”Boris Johnson conclut, avertissant que le Royaume-Uni ne fera pas de compromis “Sur la base”.

En l’absence d’accord avant le 31 décembre, les seules règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) s’appliqueraient, avec ses droits de douane élevés et ses contrôles douaniers étendus. De quoi affaiblir davantage les économies déjà durement touchées par la pandémie.

Le monde avec l’AFP

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer