Science

«Cela prend du temps, c’est compliqué», explique le coordinateur de la stratégie vaccinale

“Le vaccin est difficile à transporter, difficile à stocker”Le professeur Alain Fischer, pédiatre et immunologiste, coordinateur de la stratégie de vaccination contre Covid-19 en France, a expliqué mercredi 30 décembre sur franceinfo, pour justifier le lent démarrage de la campagne de vaccination en France. Envoyez-le aux établissements d’hébergement pour personnes âgées non autonomes (Ehpad), “ça prend du temps, c’est compliqué” il a insisté avant de promettre une augmentation “croissance” le rythme de la vaccination.

franceinfo: Alors qu’il y avait de l’impatience pour le vaccin, moins de 100 personnes ont été vaccinées dans les trois premiers jours de la campagne de vaccination, pourquoi si peu?

Alain Fischer: Tout d’abord, on vaccine principalement les personnes âgées qui résident dans des structures de longue durée, car elles sont de loin les plus fragiles, les plus vulnérables et aussi les plus exposées, si l’on pense aux différents «clusters» observés tout au long de l’année. Cette stratégie a une conséquence, elle vous oblige à aller plus lentement, car il faut savoir qu’il y a environ 14 000 établissements de ce type en France et que le vaccin est difficile à transporter, difficile à stocker. La logistique consiste donc à acheminer le vaccin vers les gens. Le vaccin va aux gens, nous ne transportons pas les gens vers un endroit où le vaccin est stocké. Prend du temps. C’est compliqué. Il y a un plan qui a été mis en place qui permettra à de plus en plus de ces personnes de se faire vacciner tout au long du mois de janvier. En février, près d’un million de personnes vivant dans différents types de maisons peuvent être vaccinées. Vous devez le faire correctement.

READ  Les chercheurs ont développé une cure de jouvence à l'oxygène

S’agit-il clairement d’un problème logistique?

Oui, car cette logistique est complexe. Nous devons amener progressivement à 14 000 usines un produit qui ne peut être transporté que pendant un temps limité à une température de + 4 ° C, c’est donc une affaire complexe. Mais progressivement, en janvier, ces personnes seront vaccinées. Il existe un plan conçu pour permettre l’accès aux vaccins à tous les résidents des maisons de soins infirmiers et autres centres de longue durée. Je comprends parfaitement l’impatience. Nous avons tous hâte d’être vaccinés, mais vous faisiez allusion à la peur d’aller trop vite. Il est important de garder et d’organiser les choses correctement, que tout se passe en toute sécurité tout en respectant les règles d’éthique. Et je pense que le plan tel qu’il est élaboré donnera la priorité à la vaccination de ceux qui en ont le plus besoin. Et nous pouvons commencer à vacciner d’autres personnes en février: les personnes âgées qui vivent chez elles, les malades, les agents de santé de plus de 50 ans, par exemple.

Un certain nombre de Français montrent leur réticence à ce vaccin, notamment sur son efficacité et ses effets secondaires. Qu’avez-vous comme retour et comme message à transmettre?

Je pense qu’il est légitime que les gens se posent des questions puisque ce vaccin ou ces vaccins sont neufs, ils ont à peine été testés. Mais ils ont été réalisés de manière extrêmement rigoureuse sur des dizaines de milliers de volontaires à travers le monde. C’est pourquoi ces vaccins sont progressivement approuvés les uns après les autres. Pour l’instant, en Europe, il n’y en a qu’un, mais on peut espérer qu’il y en aura deux autres dans les semaines à venir. L’efficacité est là: plus de 95% de protection contre les infections et une bonne sécurité. Les accidents liés aux vaccins sont tout à fait exceptionnels. Ceci est confirmé par des vaccinations en cours depuis quelques semaines partout dans le monde. Il est légitime que les gens se posent des questions; la réponse est de leur fournir des informations, notamment par l’intermédiaire de leur médecin, par tous les moyens de communication possibles.

READ  Apparu en 2012? Une nouvelle hypothèse liée à l'émergence du coronavirus avancé

Combien de doses de vaccins sont disponibles en France aujourd’hui?

500 000 sont arrivés cette semaine, 500 000 doses supplémentaires arrivent la semaine prochaine. Ils aideront à accélérer ce programme de vaccination dans les maisons de retraite. Et puis, d’autres livraisons auront lieu en février-mars, sachant qu’il y a une petite marge d’incertitude qui est l’autorisation d’autres vaccins qui viendront vacciner un monde plus large de personnes. L’objectif est toujours d’environ 14 millions de personnes en mai, puis probablement 10 millions de plus d’ici l’été.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer