Science

CHIFFRES COVIDÉS. Bilan coronavirus en France, vendredi 19 mars 2021


ÉVALUATION COVID. Le bilan des coronavirus en France, daté du vendredi 19 mars, fait état de plus de 35000 cas de plus que le bilan de la veille. C’est le troisième jour consécutif au-dessus de 30000 cas …

Les chiffres quotidiens du coronavirus en France ont subi de graves perturbations depuis ce vendredi 19 mars 2021. Pour la première fois en près d’un an de rapports quotidiens, les indicateurs n’ont pas été publiés par Santé publique France à cette date, comme suite “technique incidents “détectés” dans la chaîne de remontée des données “, comme spécifié par l’agence dans un communiqué de presse. Les données ont finalement été diffusées avec 24 heures de retard, c’est-à-dire ce samedi. Nous les avons reproduits ci-dessous dans notre tableau de bord.

Ce bug reste “en cours d’identification”, a souligné le Parisien ce samedi soir, alors que les résultats n’étaient pas encore disponibles. Les données ont néanmoins été fournies sur la plateforme Géodes, mais partiellement. Par conséquent, nous ne les afficherons pas dans le tableau de bord ci-dessous. Pour ce samedi, selon ce bilan partiel, il y aurait 66735 décès à l’hôpital, soit 176 de plus, 25537 personnes actuellement hospitalisées, soit 198 de plus, 4353 personnes actuellement en réanimation, soit 66 et 1348 nouveaux hospitalisés supplémentaires (- 351) et 317 en réanimation (-66). Le nombre de cas n’a pas été mis à jour.

Voici les dernières données officielles disponibles sur le Covid-19 en France selon les rapports quotidiens de Santé publique France et toi ministère de la Santé, sur la base des données de test SI-DEP, des données hospitalières et des commentaires des institutions médico-sociales, y compris les maisons de retraite. Beaucoup de détails sont nécessaires pour bien comprendre ces chiffres. Ils sont décrits en détail sous le tableau:

Voici le nombre de cas de Covid-19, de décès, d’hospitalisations, de réanimations et de guérisons plus ou moins observés par rapport au rapport précédent (généralement la veille). Dernières données disponibles en France selon les rapports quotidiens de Santé publique France et du ministère de la Santé:

Lire aussi

Carte Covid

Quels sont les derniers indicateurs de l’épidémie de Covid-19 près de chez vous? Incidence, hospitalisations, décès … Retrouvez toutes les données mises à jour. À voir

Covid par ville

Nouveaux cas de covid, taux de test de positivité, proportion de la population testée … Les internautes vous proposent de consulter gratuitement les données sur l’évolution de l’épidémie dans votre ville. À voir

À partir des données quotidiennes sur les coronavirus en France, nous avons développé plusieurs courbes qui nous permettent d’observer l’évolution du virus en fonction du nombre de cas confirmés, du nombre d’hospitalisations et de patients en soins intensifs, du nombre de décès hospitaliers et de décès totaux et du nombre de retours à domicile, assimilés au traitement.

READ  aucun département n'a un taux d'incidence supérieur à 250, le premier depuis septembre

Pour chaque graphique, la courbe représente le total (ex: total des cas, hospitalisations en cours) tandis que les barres correspondent aux variations journalières (soldes d’hospitalisations journalières, nouveaux décès, etc.).

Précision sur le nombre de cas: le gouvernement français et la santé publique ont modifié leur méthode de collecte des données sur les résultats des tests à la mi-mai 2020, avec la Projet SI-DEP. Les données enregistrées avant et après le 13 mai 2020 ne sont donc pas totalement comparables. Tant la quantité que la nature des tests effectués ont considérablement évolué. De quelques milliers de tests, la France est passée à plus d’un million de tests chaque semaine, puis à 2 millions début novembre, affectant inévitablement les chiffres. Par ailleurs, au milieu de la crise de mars / avril, les examens ont principalement concerné des personnes gravement malades, généralement hospitalisées, mettant de côté tous les patients sans ou peu symptomatiques. Le nombre réel de cas de Covid-19 en France était donc nettement supérieur au nombre estimé de cas confirmés au cours de cette période.

Depuis la mi-novembre, le nombre de tests positifs comprend, en plus des tests PCR, les résultats des tests antigéniques. Santé publique France précise que «les données peuvent être très variables en fonction des activités de dépistage (réduction des activités le week-end par exemple) et du temps mis pour rendre les résultats» (généralement de 24 à 48 heures).

Clarification sur les admissions: Il faut ici clairement distinguer l’évolution du nombre total de patients admis en un instant T et les nouvelles admissions, c’est-à-dire les nouvelles admissions à l’hôpital chaque jour (brutes). Dans un cas, il s’agit d’un solde, qui prend en compte les admissions, mais aussi la sortie de l’hôpital (traitement ou décès). L’autre ne parle que de nouvelles hospitalisations ou unités de soins intensifs pour Covid en une journée. Le week-end, les données hospitalières proviennent souvent de Site des géodes de santé publique en France et ne sont pas des données consolidées.

Précision sur le nombre de décès: depuis la fin du mois de mai 2020, Santé publique France ne met plus à jour les résultats des maisons de retraite médicalisées au quotidien. Ce rapport a été rapporté chaque semaine à la fin de l’été, puis plusieurs fois par semaine pour se stabiliser durablement à l’automne: désormais les données des maisons de retraite (cas et décès) remontent tous les mardis et vendredis. Nous avons donc dans un premier temps préféré annuler le nombre de décès quotidiens en maison de retraite pour ne pas déformer les graphiques. A la demande de plusieurs lecteurs, à partir du 13 novembre, des mises à jour des décès dans les maisons de retraite (barres gris foncé) qui provoquent des pics artificiels les mardis et vendredis sont à nouveau affichées.

READ  Les nouveaux sceptiques des vaccins Covid-19

Des erreurs et corrections de données ont également été signalées par Santé publique France à plusieurs reprises depuis la mi-mars, conduisant parfois à des surestimations généralement suivies d’évolutions négatives du nombre de décès.

Lire aussi

Le ministère de la Santé calcule également, à partir des données brutes, une série de statistiques sur la tendance du Covid-19 dans le pays. Quatre indicateurs particulièrement importants sont présentés ci-dessous: le taux de positivité du test RT-PCR, le taux d’incidence, le nombre de reproductions réelles et le taux d’occupation des lits de soins intensifs. Si le premier et le dernier sont faciles à comprendre (pourcentage de tests positifs sur le nombre total de tests effectués et pourcentage de lits occupés en réanimation), les deux autres méritent une définition.

Le taux d’incidence, représenté par la deuxième courbe, est considéré comme un indicateur clé de la virulence du virus. Il s’agit du nombre de nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués par des tests PCR survenus au cours des 7 derniers jours. Ce chiffre est lié au nombre d’habitants, c’est-à-dire un taux exprimé pour 100 000 habitants. Le nombre de reproduction (R) correspond au nombre moyen de personnes infectées par un patient. Si ce chiffre est supérieur à 1, cela signifie qu’une personne atteinte de Covid-19 infecte actuellement plus d’une autre personne en moyenne et donc que la maladie progresse.

Si vous ne voyez pas l’infographie, Cliquez ici

Détails sur le taux de positivité et le taux d’incidence: Santé publique France a modifié sa méthode de calcul sur ses principaux indicateurs que sont le taux d’incidence et le taux positif du test le 8 décembre 2020. L’ajout de tests antigéniques dans le premier indicateur a ensuite gonflé mécaniquement le résultat du calcul. L’incidence est alors passée de 86 cas pour 100 000 habitants en France à plus de 100 cas pour 100 000 habitants dans nos courbes ci-dessus. Le taux de positivité a chuté de façon drastique: si les jours précédents il semblait stagner aux alentours de 10,7%, il a alors baissé de plus de 4 points. La raison cette fois vient du nombre de tests négatifs: si la même personne a effectué plusieurs tests dans les 60 jours et qu’ils sont négatifs, chacun d’entre eux est maintenant compté. Auparavant, si une personne était testée négative plusieurs fois de suite dans les 60 jours, seul le premier test était compté. Ce n’est que lorsqu’il a été testé positif que sa situation a changé.

READ  «Les femmes qui ont pris Lutéran ou Lutényl doivent vérifier qu'elles ne présentent aucun symptôme neurologique», explique Isabelle Yoldjian de l'ANSM

Expliqué la santé publique France dans un communiqué de presse que cette nouvelle méthode de calcul est plus précise car elle prend en compte la «prévalence du virus dans la population testée». «Aujourd’hui, alors que l’épidémie se poursuit, il est normal qu’une même personne effectue davantage de tests, surtout lorsque les précédents étaient négatifs. De plus, les connaissances ont évolué et le risque de réinfection, qui est désormais considéré comme très faible mais possible après 60 jours. , ils doivent être identifiables », écrit l’agence de santé.

De nombreux autres graphiques et cartes ont été produits par des scientifiques et des revues reconnus dans le but d’observer au plus près la trajectoire de l’épidémie. coronavirus dans le monde et de comparer l’évolution du Covid-19 dans les différents pays touchés. Parmi ces courbes, celles développées à partir des données de l’Université Johns Hopkins aux États-Unis sont parmi les plus complètes. Ces données sont notamment reproduites par le Financial Times, Google Studio et bien d’autres avec des mises à jour quotidiennes. Depuis mi-avril nous nous appuyons sur les données et graphiques présentés par le site Notre monde de données, un projet conjoint de chercheurs de l’Université d’Oxford et de l’ONG Global Change Data Lab Ces courbes et cette carte montrent le nombre de cas et de décès par rapport à la population, soit pour 1 million d’habitants.

Courbe du nombre de cas de coronavirus par million:

Carte du nombre de décès de coronavirus par million:

Se concentrer sur le nombre total de décès «bruts» dans chaque pays est en effet discutable, à un moment où la gestion par les gouvernements de la pandémie et de ses résultats suscite de nombreux débats et débats animés. La réduction du nombre de décès dans la population devrait annuler le poids démographique de chaque pays, mais en revanche elle n’annule pas la pyramide des âges qui présente parfois des différences très importantes d’un pays à l’autre.

L’autre avantage des courbes et cartes du projet Our World in Data est qu’elles prennent en compte le retard dans l’émergence de l’épidémie d’un pays à l’autre. Selon les graphiques, le décompte commence à partir du premier cas ou du 100ème cas détecté sur le territoire, voire, pour les décès, à partir du jour à partir duquel 5 décès ont été enregistrés dans le pays (jour 0 sur l’axe des x).

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer