Économie

Christine Lagarde ne veut absolument pas d’une annulation européenne de la dette Covid-19

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, le 11 février 2020. – Jean-François Badias / AP / SIPA

Christine Lagarde ne prévoit pas le moindre début de négociations sur la dette liée à la pandémie de coronavirus. L’annulation de celle-ci est “impensable” et constituerait “une violation du traité européen qui interdit strictement le financement monétaire des Etats”, explique en fait dans le Journal du dimanche le président de Banque centrale européenne (BCE).

“Cette règle est l’une des pierres angulaires de l’euro”, a-t-il déclaré Christine Lagarde. “Si l’énergie dépensée pour demander l’annulation de la dette de la BCE était consacrée à un débat sur l’utilisation de cette dette, ce serait bien plus utile!” À quoi seront destinées les dépenses publiques? Dans quels secteurs du futur investir? C’est le sujet essentiel aujourd’hui ».

“Nous devons 25% de notre dette”

Vendredi, plus de 100 économistes ont lancé un appel à l’annulation des dettes publiques détenues par la BCE pour faciliter la reconstruction sociale et écologique après la pandémie de Covid-19. “Nous nous devons 25% de notre dette et si nous la remboursons, nous devrons la trouver ailleurs, soit en empruntant à nouveau pour reconduire la dette au lieu d’emprunter pour investir, soit en augmentant les impôts ou en réduisant les dépenses”, expliquent-ils. . économistes, dont 50 Français, dont Thomas Piketty de la Paris School of Economics, l’ancien ministre belge Paul Magnette et l’ancien commissaire européen hongrois Andor Lazlo.

“Tous les pays de la zone euro sortiront de cette crise avec des niveaux d’endettement élevés”, a pour sa part déclaré Christine Lagarde. Mais «il ne fait aucun doute qu’ils pourront le rembourser. Les dettes sont gérées sur le long terme. Les investissements dans des secteurs cruciaux pour l’avenir généreront une croissance plus forte ».

“2021 sera une année de reprise”

«La reprise créera des emplois et donc unira. Nous nous dirigeons vers une autre économie, plus numérique, plus verte, plus engagée dans le changement climatique et dans le maintien de la biodiversité », selon le président de la BCE. Dans un proche avenir, il estime que «2021 sera une année de reprise. La reprise économique a été retardée mais non compromise. C’est évidemment très attendu ». Cependant, “nous ne sommes pas à l’abri de risques encore inconnus” et “nous ne retrouverons pas les niveaux d’activité économique avant la pandémie avant la mi-2022”, prévient-il.



130

Actions

READ  voici les 7 offres XXL à ne pas manquer ce samedi 🔥

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer