entertainment

Combien un bénéfice de 157 millions d’euros peut-il rapporter chaque mois?

Même avec des investissements très prudents, le jackpot gagné par un joueur français rapporterait un minimum de 260 000 € par mois. La Française des Jeux conseille aux gagnants d’éviter le gaspillage.

157 millions d’euros. C’est la somme énorme qu’il a gagnée ce mardi un français super chanceux qui a trouvé les 5 bons numéros et les 2 étoiles correctes à l’EuroMillions. Il s’agit de la plus grande victoire de toute l’Europe en 2020 dans cette loterie et de la troisième en France depuis sa création.

Il faut remonter à 2012 pour trouver les traces d’un gain aussi colossal. Un lauréat (ou un vainqueur) des Alpes Maritimes avait gagné encore un peu plus: 170 millions d’euros. De quoi vivre paisiblement depuis plusieurs générations.

Parce qu’une somme aussi colossale peut rapporter gros. Avec 160 millions d’euros investis, vous pouvez vivre comme un pacha jusqu’à la fin de vos jours sans même toucher votre capital. Le salaire mensuel minimum serait d’environ 260 000 € par mois. Et c’est si vous ne voulez pas prendre trop de risques avec des investissements qui offrent un rendement de 2%.

Mais bien avisé, vous devrez récolter des fruits beaucoup plus substantiels. Ainsi, Philippe Crevel, économiste et directeur du Cercle de l’Epargne, recommande de diversifier ses actifs: “une répartition de 30% dans le secteur immobilier et de 70% en épargne financière”. Les enveloppes défiscalisées comme les plans d’épargne en action (PEA) peuvent être privilégiées, même si leur plafond de 150 mille euros semble anecdotique compte tenu des millions d’euros à placer.

READ  La chanteuse Christiane Éda-Pierre est décédée

Et si les gagnants ne manquent généralement pas de conseils et de sollicitations une fois la somme empochée, ils sont d’abord soutenus par la Française des Jeux (FDJ). Chaque année, il organise des séminaires pour ne pas laisser ses millionnaires entrer dans la nature. L’idée est de les préparer à affronter la tourmente qui les attend et le changement de vie et de les empêcher de gaspiller leur pécule.

Ces séminaires peuvent avoir lieu en Bourgogne dans les vignes, en Corse ou à l’étranger, comme expliqué Le parisien, mais dans des lieux non ostentatoires (les moments où les vainqueurs étaient invités au Crillon en limousine). Au programme: coaching, accompagnement psychologique, conseil bancaire, conférences d’anciens lauréats … Accompagnement optionnel destiné aux millionnaires gagnants (il y en a 200 chaque année qui remportent cette somme) mais auquel participent 40 à 50% des grands lauréats. FDJ est l’une des rares loteries au monde à proposer un tel service.

Jackpot de plus d’un milliard aux États-Unis

Il n’y a rien de tel aux États-Unis où, cependant, les gagnants peuvent gagner des sommes encore plus énormes. Nous ne sommes plus dans les millions mais dans les milliards. Le plus gros jackpot Mega Millions (l’équivalent américain de notre Euro Millions) atteint ainsi un pic de 1,5 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros). Contre 190 millions le record en Europe. Si les autorités fiscales américaines en récupèrent près de la moitié (alors que les bénéfices sont exonérés d’impôt en Europe la première année), les sommes restent bien plus élevées.

Pourquoi de telles divergences? D’abord parce que les jeux américains sont plus difficiles. La probabilité de trouver la bonne combinaison est de 1 sur 300 millions dans le Mega Millions US, contre 1 sur 140 millions dans l’EuroMillions.

READ  Son chéri Diego El Glaoui devient fou avec son buste vertigineux, même les internautes!

Mais c’est principalement parce que la culture anglo-saxonne est différente. Les opérateurs européens ont décidé de limiter le jackpot à 190 millions d’euros (plafond maximum porté à 250 millions en 2020) pour rester dans des sommes “décentes”, explique la FDJ.

Une différence qui reflète un rapport différent à l’argent: des sommes plus importantes mais plus rares aux États-Unis et des gagnants qui restent rarement anonymes. Même dans les jeux de hasard, la perception du succès est différente des deux côtés de l’Atlantique.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer