Science

Covid-19: “Le lent déclin de l’épidémie se poursuivra”

Tous les indicateurs de la pandémie de Covid-19 sont en baisse. Dans la période du 9 au 15 novembre, les nouveaux cas de contamination confirmés ont diminué de 40%, les hospitalisations de 13% et les admissions en réanimation de 9% par rapport à la semaine précédente. Les décès semblent se stabiliser “pour la première fois en plusieurs semaines d’augmentation” avec, dans la même période, 3 756 victimes de la maladie. L’agence de santé publique française, qui a publié ces tendances jeudi soir dans sa mise à jour épidémiologique hebdomadaire, voit l’effet conjugué du couvre-feu instauré dans plusieurs agglomérations en France à partir du 17 octobre, puis de la reconfirmation générale à partir du 30 octobre.

Cependant, cette bonne nouvelle doit être prise avec un grain de sel. Car si «le pic de la deuxième vague a probablement été dépassé», comme le souligne la Health Authority, «les indicateurs restent à des niveaux élevés». Par conséquent, il y a actuellement environ 32 000 patients hospitalisés suite à une infection à coronavirus. C’est 10 000 lits de plus que le nombre de lits occupés lorsque la réachèvement a été déclaré.

Les courbes devraient logiquement continuer à baisser au cours des prochains jours, comme c’est le cas depuis mardi. «A court terme, la lente diminution de la pression sur les services hospitaliers se poursuivra», estime Mircea Sofonea, épidémiologiste et spécialiste de la modélisation des maladies infectieuses à l’Université de Montpellier. En revanche, toute la question des prochains jours sera celle du contrôle de la circulation du virus après le 1er décembre. “

READ  les sirènes d'avertissement imitent le hurlement des loups

Difficile de descendre en dessous de 5000 cas par jour

L’épidémiologiste est particulièrement préoccupé par la très lente tendance à la baisse du niveau du taux de reproduction, dit «efficace R» et correspondant au nombre de personnes qui, en moyenne, sont elles-mêmes infectées par un seul porteur du virus. «Même avec un taux inférieur à 1 bar, autour de 0,8 et 0,9 comme actuellement, il y aura plus de 5 000 nouveaux cas par jour, emprisonnement généralisé ou non, prévient Mircea Sofonea. On peut s’attendre à une baisse mi-décembre des admissions à l’hôpital, mais à une lente augmentation si l’on joue avec le feu avec des règles sanitaires moins contraignantes dans les semaines à venir. “

Comme beaucoup de ses collègues, l’épidémiologiste fait campagne pour un travail plus préventif des autorités sanitaires afin d’éviter une troisième vague. «Ils ont ignoré les signaux forts apparus en juillet et août, regrette Mircea Sofonea. La reconfirmation nationale était un aveu d’échec alors que de multiples stratégies d’isolement locales ou régionales auraient pu éviter la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. “

L’épidémiologiste et biostatiste Catherine Hill appelle à un dépistage massif de l’ensemble de la population, “la seule stratégie pour contrôler l’épidémie, l’endiguement uniquement en la ralentissant”.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer