Monde

Covid-19: Madrid reconfirme 850000 habitants, dont beaucoup sont mécontents

Bien sûr, les gens auront rapidement établi la connexion. Cependant, les autorités espagnoles ont insisté ce week-end: il ne s’agit pas d’un retour aux mesures sévères imposées au printemps. Le Premier ministre Pedro Sanchez lui-même a assuré samedi soir 19 septembre “ne considère pas l’enfermement du pays”, ajouter: “Il est vrai que nous ne pouvons fermer aucune porte car évidemment le virus est un agent inconnu mais je crois que nous avons maintenant les outils pour pouvoir contenir et plier la courbe de contagion”. Cependant: les restrictions strictes à la liberté de mouvement de quelque 850 000 personnes dans la région de Madrid, annoncées vendredi, entreront en vigueur le lundi 21 septembre.

La mesure suscite le mécontentement d’une partie importante des personnes concernées, résidant dans des quartiers défavorisés du sud de la ville, et dont certaines ont manifesté jusqu’à dimanche dans les rues de la capitale espagnole. C’est le cas de Bethania Perez, une infirmière de 31 ans, citée par l’agence France-Presse: «Nous avons l’impression d’être taquinés: nous pouvons continuer à travailler dans d’autres domaines qui ne sont pas confinés au risque d’augmenter la transmission, et nous pouvons également être infectés au sein de notre zonage.

En pratique, les habitants des zones sinistrées, qui représentent 13% de la population régionale, ne pourront quitter leur quartier que pour des raisons élémentaires telles que se rendre au travail, aller chez le médecin ou emmener leurs enfants à l’école. Ils pourront toujours se déplacer librement dans ce quartier. De même, l’entrée dans ces zones sera interdite, sauf pour ces raisons de base, alors que les parcs doivent rester fermés et que les magasins, bars et restaurants limitent leur capacité à 50%. Les autorités régionales recommandent donc aux habitants “rester à la maison la plupart du temps”. Ce que les manifestants ont appelé un autre dimanche “confinement de classe”.

READ  "La mort de Ruth Bader Ginsburg, plus qu'un bouleversement pour la campagne présidentielle"

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer