Actualité à la Une

Covid-19: pourquoi Macron ne cède pas à la pression des médecins

Le courant empire entre Emmanuel Macron et les médecins. Dans une chronique publiée dans le Journal du Dimanche, 41 directeurs médicaux d’urgence de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris tirent la sonnette d’alarme. Evoquant une «situation de catastrophe médicale», ils disent qu’ils se préparent à devoir «résoudre les patients pour sauver le plus de vies possible». «Dans les deux prochaines semaines», déclarent les signataires, «nous savons déjà que nos capacités de soutien seront dépassées».

Si la situation sanitaire paraît critique, le chef de l’Etat n’a pas l’intention de changer de cap immédiatement. “Rien n’a été décidé”, a-t-il déclaré à JDD. Les détenus rigides depuis décembre n’ont pas empêché une reprise de l’épidémie qui nécessite le rétablissement ou l’extension de la plainte, regardez l’Italie ou l’Allemagne. Le président voit dans ces exemples étrangers la validation de sa stratégie, dévoilée le 29 janvier. «Au cours des prochains jours», insiste-t-il, «nous examinerons l’efficacité des mesures de freinage et prendrons les mesures nécessaires, si nécessaire. “

VIDÉO. Covid-19: “Un seul cas dans une classe conduira à sa fermeture, dans des quartiers restreints”, annonce Blanquer

Pas de scellement du territoire national

Par conséquent, pas de tabous pour le président. Un nouveau Conseil de défense sanitaire se tiendra mercredi, pour décider d’un éventuel resserrement des mesures, mais en attendant de ne pas mettre le territoire national à l’abri. Il ne s’agit même pas de fermer les écoles comme le souhaitent de nombreux pratiquants.

Le PDG prend même le risque de bouleverser un peu plus le corps médical, soulignant qu ‘«il n’y a jamais eu d’unanimité scientifique (…). Certains nous ont dit: “En février tu prendras le mur”. Nous n’avons pas heurté le mur. Nous avons pu éviter l’emprisonnement. “

READ  Sept nouveaux cas de Covid-19 à Lorient

Mais pourquoi le chef de l’Etat s’engage-t-il dans ce qui semble être une confrontation avec les médecins? «Il n’y a pas d’impasse, rétorquons-nous fermement dans l’entourage du président de la République. Emmanuel Macron est en contact quotidien avec le corps médical et en particulier avec les services de réanimation qui nous font part de leurs capacités. Le conseil scientifique est consulté régulièrement. Mais chacun est dans son rôle. Et ce qui revient nécessairement au chef de l’Etat, c’est de décider, de prendre une décision politique qui inclut la rationalité scientifique mais aussi la rationalité économique, sociale et sociétale. “

Bulletin Politique

Nos analyses et rumeurs sur le pouvoir

Les psychologues – qui viennent de rejoindre le Conseil scientifique – ou les pédopsychiatres, accueillis récemment par Emmanuel Macron, ne partagent pas tous la volonté de durcissement exprimée par les médecins hospitaliers.

“Qui parle plus fort”

«Ni les médecins, ni aucun agent économique, ni orateur d’opinion ne sont en conflit avec l’exécutif, confirme un conseiller du gouvernement. Pour nous, chaque voix compte. Mais il est également vrai que chaque voix veut peser et c’est celle qui parlera le plus fort. “Pourtant, depuis quelques jours, le personnel de l’hôpital parisien avait un ton particulièrement élevé …” C’est quelque chose que vous comprenez très bien, il reconnaît une pression sur le gouvernement qui surtout ne veut pas ajouter de carburant à la feu entre le chef de l’Etat et les médecins. Car contrairement aux deux précédentes vagues épidémiques, il y a peu ou pas de marge de manœuvre dans les hôpitaux. “

READ  "Il n'a pas préparé tout ça à mourir", est convaincu Bruno de Stabenrath, un ami du fugitif

Cette aggravation, Olivier Véran, le ministre de la Santé, à la pointe de cette crise sanitaire, la prend de front. C’est lui qui, avec le Premier ministre Jean Castex, a mis un point d’honneur, ces derniers jours, à sensibiliser l’Elysée à cette épidémie et à ce changement sanitaire. Avec des fortunes mitigées face aux intérêts défendus notamment par Bruno Le Maire, le patron de Bercy.

«Il n’y a pas de divergence de vues entre Olivier Véran et Emmanuel Macron, nous nous empressons de garantir dans l’entourage du président de la République. Il est normal que, lors des Conseils de défense qui se réunissent à l’Elysée et qui sont des organes collégiaux, chacun transmet les informations du terrain et donne son avis en conséquence. Olivier Véran comme les autres. Le collectif est une réalité. “

VIDÉO. Restrictions, fermetures d’écoles, vaccinations … les annonces d’Olivier Véran

Face aux médecins dos au mur, la position du chef de l’Etat est pourtant particulièrement délicate. «Nous sommes saturés partout, et nous nous rendons tous compte que personne n’a le contrôle sur des paramètres clés comme les variables Covid ou même la vaccination, cela fait un grognement de Macronie. Pour le président, les décisions seront encore plus difficiles qu’en janvier. les décisions à prendre seront encore plus difficiles qu’en janvier., seront importantes à la fois pour le pays et pour sa réélection. “

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer