Économie

Danone prévoit de réduire de 1500 à 2000 emplois, dont près de 400 en France

Entre 1 500 et 2 000 emplois supprimés chez Danone. Dont près de 400 en France. L’annonce faite par son PDG Emmanuel Faber, le lundi 23 novembre, tomba comme un couperet. Il s’inscrit dans un plan d’adaptation élaboré par le patron du groupe agroalimentaire français, soucieux de renouer avec la croissance et la rentabilité.

L’enjeu, crucial pour M. Faber, est de regagner la confiance des actionnaires, alors que l’action Danone a perdu plus d’un quart de sa valeur cette année. Signe de l’importance accordée à ce public, c’est aussi lors d’une réunion investisseurs, organisée de façon improvisée, qu’il a un peu plus dévoilé sa stratégie et livré des objectifs chiffrés.

Article réservé à nos membres Lire aussi Secoué par la crise, Danone se restructure

Faber a réaffirmé son objectif de croissance de 3 à 5% à moyen terme mais a renforcé son ambition en matière de marge opérationnelle qui évoque désormais une marge comprise entre 15% et 20%. Un premier niveau a été fixé pour 2022, avec le passage de la barre des 15%. En 2020, la rentabilité est attendue à 14% alors qu’elle était initialement prévue à 16%. Pour atteindre ce nouvel objectif, le propriétaire des marques Evian, Vittel, Activia ou Blédina promet de se serrer la ceinture.

Une organisation par pays

Un plan a été lancé pour économiser un milliard d’euros d’ici 2023, succédant à un programme similaire, baptisé Protein, qui a démarré en 2017 et vient de s’achever. La plupart des économies, 700 millions d’euros, doivent provenir de la réduction des frais généraux et administratifs. M. Faber a à juste titre décidé de remodeler l’organisation du groupe. Et passer d’une organisation mondiale par catégories, produits laitiers frais et végétaux, eau, nutrition infantile et nutrition médicale à une organisation par pays.

READ  Le président de Samsung, Lee Kun-hee, est mort

De quoi simplifier les structures dans les pays avec le regroupement des fonctions communes. Premier exemple concret: la fusion en vue du siège mondial de Danone à Paris et du tout nouveau siège pour la France à Rueil-Malmaison. M. Faber se situe entre 1 500 et 2 000, le nombre de suppressions d’emplois attendues sur les sites mondiaux et locaux. Dont près de 400 sur le territoire français.

Cet aspect social du plan d’adaptation doit être négocié avec les syndicats. Le comité traditionnel du groupe européen élargi, organisé chaque année à Genève, est prévu le mercredi 25 novembre. Mais depuis lundi, les représentants du personnel français sont invités à une réunion informelle.

Vous avez encore 57% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer