science

dernier reportage en France mercredi 9 septembre 2020


CORONAVIRUS. Le coronavirus poursuit sa progression remarquable en France avec 5000 autres cas enregistrés en 24 heures. Le nombre de décès dus à Covid-19 dépasse les 344 000, avec encore 30 morts ce mercredi 9 septembre … Toutes les statistiques.

Voici les dernières données officielles disponibles sur Covid-19 en France selon les rapports quotidiens de Santé publique France et toi ministère de la Santé, sur la base des données de test SI-DEP, des données hospitalières et des commentaires des institutions médico-sociales, y compris les maisons de retraite. Beaucoup de détails sont nécessaires pour bien comprendre ces chiffres. Ils sont décrits en détail sous le tableau:

Voici le nombre de cas de Covid-19, de décès, d’hospitalisations, de réanimation et de guérisons plus ou moins observés par rapport à l’évaluation précédente (généralement la veille). Dernières données disponibles en France selon les rapports quotidiens de Santé publique France et du ministère de la Santé:

Lire aussi

A partir de ces données quotidiennes sur le coronavirus en France, nous avons obtenu quelques courbes qui nous permettent d’observer l’évolution du virus en fonction du nombre de cas confirmés (par test PCR, c’est-à-dire nasopharyngien), du nombre d’hospitalisations et de patients en réanimation, le le nombre d’hôpitaux et le nombre total de décès et le nombre de retours à domicile, similaire au traitement.

Précision importante sur le nombre de cas: le gouvernement français et la santé publique ont modifié leur méthode de collecte des données sur les résultats des tests à la mi-mai, Projet SI-DEP. Bien que le nombre de cas détectés soit aussi élevé fin août / début septembre qu’à fin mars / début avril, les chiffres ne sont donc pas totalement comparables. Tant la quantité que la nature des tests effectués ont considérablement évolué depuis la limite. De quelques milliers de tests, la France est aujourd’hui passée à plus d’un million de tests chaque semaine, influençant inévitablement les chiffres. Par ailleurs, au plus fort de la crise de mars / avril, les tests concernaient principalement les malades gravement hospitalisés, laissant de côté tous les patients sans ou peu symptomatiques. Dans une article du 9 juillet, Santé publique France a estimé par extrapolation que pour la semaine 11 (9-15 mars), le nombre de personnes infectées par le SRAS-CoV-2 aurait pu passer à 720 000 cas contre moins de 6 400 effectivement enregistrés dans le temps cumulé. Des centaines de milliers de cas auraient ainsi échappé au radar jusqu’en mai, désormais en partie imputable à la généralisation des tests, même chez les personnes asymptomatiques.

READ  le soleil peut nous aider à transformer le CO2 en matériaux utiles

NB: Des erreurs et corrections de données ont été rapportées à plusieurs reprises par Santé publique France, conduisant parfois à des surestimations généralement suivies d’évolutions négatives du nombre de cas et de décès. Il faut également distinguer ici l’évolution du nombre total de patients admis en un instant T et les nouvelles admissions, ou les nouvelles admissions journalières à l’hôpital (brutes). Dans un cas, il s’agit d’un solde, qui prend en compte les admissions, mais aussi la sortie de l’hôpital (convalescence ou décès). Dans l’autre, on ne parle que de nouvelles hospitalisations ou unités de soins intensifs pour Covid dans la journée. Pour chaque graphique, la courbe représente le total (ex: total des cas, hospitalisations en cours) tandis que les barres correspondent aux tendances quotidiennes (soldes des hospitalisations quotidiennes, nouveaux décès, etc.).

Le ministère de la Santé calcule également, à partir des données brutes, une série de statistiques sur la tendance du Covid-19 dans le pays. Quatre indicateurs particulièrement importants sont présentés ci-dessous: le taux d’incidence, le nombre de reproductions réelles, le taux d’occupation des lits de soins intensifs et le taux positif de RT-PCR. Si les deux derniers sont faciles à comprendre (pourcentage de lits en USI occupés et pourcentage de tests positifs par rapport au nombre total de tests effectués), les deux premiers méritent une définition.

Le taux d’incidence, représenté par la première courbe, est considéré comme un indicateur clé de la virulence du virus. Il s’agit du nombre de nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués par les tests PCR survenus au cours des 7 derniers jours. Ce chiffre est lié au nombre d’habitants, soit un taux exprimé pour 100 000 habitants. Le nombre de reproduction (R) correspond au nombre moyen de personnes infectées par un patient. Si ce chiffre est supérieur à 1, cela signifie qu’une personne avec Covid-19 infecte en moyenne plus qu’une autre personne actuellement et donc que la maladie progresse.

READ  Coronavirus: plus de 5400 nouveaux cas, un bilan légèrement inférieur mais des tests de plus en plus positifs

Sur le Portail des géodes, Santé publique France fournit plusieurs cartes qui donnent un aperçu à un instant T donné de la circulation du coronavirus sur le territoire. Il est possible de consulter les cartes départementales et régionales sur le taux positif du test (pourcentage de tests Covid positifs sur le total des tests effectués) ou sur le taux d’incidence indiqué ci-dessus. Le seuil d’alerte a été fixé à 50 pour 100 000 habitants:

Les autres cartes sur la circulation de Covid:

Les cartes liées à la positivité des tests, à l’incidence voire au taux de reproduction du virus (ci-dessus) sont les premiers indicateurs de la circulation du coronavirus au niveau territorial. Les cartes relatives aux actes de SOS Médecins ou aux visites aux urgences sont des indicateurs pertinents dans une seconde phase, lorsque la progression de l’épidémie commence à conduire à l’utilisation des services médicaux. En définitive, c’est l’évolution du nombre d’hospitalisations ou de cas en soins intensifs qui confirme si oui ou non le coronavirus circule (ou rebondit) sur un territoire donné. Cette carte montre le nombre total de personnes actuellement hospitalisées pour Covid-19 par service:

Les autres cartes sur les interventions médicales et les hôpitaux:

Dans le tableau suivant, nous regroupons les derniers chiffres clés mis à disposition par Santé publique France et Géodes pour les départements et régions de France (cette dernière précédée d’une étoile *). La classification est faite sur la base du taux d’incidence (nombre de tests positifs pour 100 000 habitants sur une semaine consécutive, généralement rapporté quatre jours de retard). Les hospitalisations et réanimations correspondent aux patients «en cours» de traitement à la date indiquée, décès cumulés depuis le début de l’épidémie.

READ  La règle de la distance physique d'un ou deux mètres est "dépassée", selon une étude

De nombreux autres graphiques et cartes ont été produits par des scientifiques et des revues reconnus pour tenter d’observer au plus près la trajectoire de l’épidémie et de comparer l’évolution du Covid-19 dans les différents pays touchés. Parmi ces courbes, celles compilées à partir des données de l’Université Johns Hopkins aux États-Unis sont parmi les plus complètes. Ces données sont notamment reproduites par le Financial Times, Google Studio et bien d’autres avec des mises à jour quotidiennes. Depuis mi-avril nous nous appuyons sur les données et graphiques présentés par le site Notre monde de données, un projet conjoint de chercheurs de l’Université d’Oxford et de l’ONG Global Change Data Lab Ces courbes et cette carte montrent le nombre de cas et de décès par rapport à la population, c’est-à-dire pour 1 million d’habitants.

Courbe du nombre de cas de coronavirus par million:

Carte du nombre de décès de coronavirus par million:

Se concentrer sur le nombre total de décès “bruts” dans chaque pays est en effet discutable, à un moment où la gestion par les gouvernements de la pandémie et de ses résultats suscite de vifs débats et confrontations. La réduction du nombre de décès au sein de la population devrait annuler le poids démographique de chaque pays, mais en revanche elle n’annule pas la pyramide des âges qui présente parfois des différences très importantes d’un pays à l’autre.

L’autre avantage des courbes et cartes du projet Our World in Data est qu’elles prennent en compte le retard dans l’émergence de l’épidémie d’un pays à l’autre. Selon les graphiques, le décompte commence à partir du premier cas ou du 100ème cas détecté sur le territoire, voire, pour les décès, à partir du jour à partir duquel 5 décès ont été enregistrés dans le pays (jour 0 sur l’axe des x).

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer