Actualité à la Une

“Dès qu’un cas apparaît, le pays effectue des tests de masse, isole les patients et suit tous les cas de contact”

Frédéric Lemaître: Premièrement, nous ne pouvons pas dire qu’il n’y a pas de cas déclaré. Aujourd’hui encore, la ville de Tianjin (15 millions d’habitants), à 130 kilomètres de Pékin, a révélé l’existence de quatre nouveaux cas. Mais vous avez raison, par rapport à la population du pays, le nombre de nouveaux cas est resté marginal depuis plusieurs mois.

Comment l’expliquer? Avec le recul, on se rend compte que l’épidémie est restée un phénomène régional en début d’année. Il a frappé la province du Hubei, mais pas tout à fait le reste du pays en raison du confinement. La Chine a alors pu déployer des ressources considérables, envoyant plus de 40000 personnes à Wuhan pour aider les équipes médicales locales.

Depuis lors, la Chine est un pays presque fermé au reste du monde. Le nombre de vols internationaux prévus entre octobre 2020 et mars 2021 est inférieur de 96% à celui de la même période l’année dernière. Et quiconque entre en Chine est testé et mis en quarantaine dans un hôtel. Surtout, dès qu’un cas apparaît, le pays effectue des tests massifs (11 millions à Pékin en juin, soit environ la moitié de la population), isole les malades et garde une trace de tous les cas de contact, principalement identifiés par téléphone. portable.

READ  le prochain débat entre Donald Trump et Joe Biden annulé

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer