La technologie

EDF choisit le site de Penly pour construire deux EPR

La décision n’a pas encore été formellement prise, mais la discussion de mercredi au sein du conseil d’administration d’EDF s’est bien déroulée. Selon nos informations, la direction du groupe a proposé quatre sites pour les six nouveaux réacteurs qu’ils souhaitent pouvoir construire dans les quinze prochaines années. Tous ces sites sont ceux de centrales nucléaires existantes, à proximité desquelles se trouvent des sites d’installation de nouveaux réacteurs.

Le premier site choisi devrait être celui de Penly (Seine-Maritime), qui dispose déjà de deux réacteurs en fonctionnement. Une orientation saluée par la CGT du site, qu’il évoquait dans un communiqué de presse jeudi soir «Excellente nouvelle pour l’industrie nucléaire d’excellence. Cela permettra au savoir-faire de continuer à créer des centaines d’emplois ».

Le site de Penly avait déjà été envisagé à plusieurs reprises pour héberger un EPR. Cette idée a notamment été avancée lors du mandat de cinq ans de Nicolas Sarkozy, qu’il avait soutenu pour ce projet en 2009. Mais cette annonce avait disparu. Deux autres sites sont à l’étude pour installer dans le futur deux paires d’EPR: la centrale nucléaire de Gravelines dans les Hauts-de-France, qui est déjà le plus important site nucléaire d’Europe. Et une autre sur les bords du Rhône, du Bugey (Ain) ou du Tricastin (Drôme), dont chacun dispose déjà de quatre réacteurs.

Étape cruciale

EDF ne confirme pas officiellement cette annonce, principalement parce qu’aucune décision n’a été formellement prise par les pouvoirs publics. Le groupe doit remettre un rapport complet au président de la République mi-2021 pour lui permettre de décider – ou non – de construire six nouveaux EPR. L’industrie défend la construction de ces réacteurs par paires pour réduire les coûts et regrouper les équipes. Le président de la République, Emmanuel Macron, a déjà indiqué que cette décision ne pourrait être prise formellement qu’après le démarrage de l’EPR de Flamanville – qui ne devrait pas être connecté au réseau avant 2023, après des années d’un site aux nombreuses dérives. En d’autres termes: aucune décision ne doit être prise avant l’élection présidentielle de 2022.

READ  Une Smart TV Samsung à 49 € avec une offre Bbox Fiber

Mais EDF doit préparer le terrain pour présenter le projet le plus complet possible et la sélection des sites est l’une des étapes cruciales. «Les analyses techniques et industrielles menées par nos équipes d’ingénierie nous ont conduit à considérer que le site de Penly a des atouts et une compatibilité pour accueillir une nouvelle structure (disponibilité foncière, densité industrielle locale, zone de travail, structures logistiques) Cependant, il précise le groupe, qu’il ajoute “Penly est un choix naturel qui était déjà envisagé pour accueillir un EPR il y a plusieurs années”. Cette volonté de la part d’EDF d’aller de l’avant intervient à un moment où le secteur nucléaire est doublement mis à l’honneur.

Il vous reste 18,98% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer