Économie

“En Chine, des géants comme Alibaba sont accusés d’abuser de leur monopole au détriment de milliers de PME”

M.Evidemment ignorant les invectives anti-chinoises du président Trump, Katy Perry et Taylor Swift, deux des plus grandes stars américaines de la chanson, ont payé en personne pour promouvoir le plus grand événement commercial au monde, le Singles Day. a été en ligne, suivi par des millions de Chinois à travers le pays. Avec ses stars américaines et ses gloires nationales, comme la chanteuse Viya Huang, elle a lancé ce mardi 10 novembre ce salon du shopping, imaginé par le géant de l’Internet Alibaba et qui se déroule tous les 11 novembre depuis dix ans. Passionnés de numérologie, les Chinois l’appellent “11.11”. C’est le point culminant de ce qu’Alibaba appelle le «shoppertainment», un mélange de shopping et de divertissement (amusement).

Article réservé à nos membres Lire aussi Comme Ant Group, le bras financier d’Alibaba, il a révolutionné la finance en Chine

Mais les chiffres qui comptent sont ceux qui sont dans les coffres d’Alibaba. En 2019, elle a battu son record en enregistrant près de 34 milliards d’euros de chiffre d’affaires en une seule journée. Cette année, malgré la pandémie et le temps maussade, l’entreprise a doublé sa part avec 64 milliards d’euros de chiffre d’affaires brut. En comparaison, cela dépasse de loin les ventes en ligne combinées des vacances de Thanksgiving, du Black Friday et du Cyber ​​Monday aux États-Unis, les événements les plus rentables pour Amazon. Bien sûr, la Chine est de loin un paradis du commerce en ligne. Il représente désormais 30% des ventes au détail contre 20% aux Etats-Unis et 10% en France. Près de 750 millions de Chinois ont un compte chez Alibaba, soit le double de la population américaine.

READ  L'empire Samsung rendu orphelin par son architecte légendaire

Très critique

Il s’avère ainsi que la pandémie, loin de neutraliser la frénésie des achats des compatriotes de Xi Jinping, l’a en fait décuplée. Privés de voyager à l’étranger, ils affluent vers les marques de luxe, notamment américaines (Apple) ou européennes (L’Oréal).

Mais, malgré la voix de Katy Perry, l’ambiance était plus lourde en cette deuxième semaine de novembre 2020. Non seulement à cause de l’agression de l’administration américaine, mais aussi à cause de l’attaque sans précédent des autorités de Pékin seules. échantillons.

Article réservé à nos membres Lire aussi Ant Financial, une fourmi géante de 100 milliards de dollars

Après avoir bloqué in extremis l’introduction en bourse de Ant, la filiale financière d’Alibaba, le gouvernement a publié un document très critique sur les pratiques commerciales de cette dernière et de son concurrent Tencent. Ces mastodontes privés, aux capitalisations boursières stratosphériques, sont accusés d’avoir abusé de leur monopole au détriment de milliers de PME et de petites entreprises du pays, notamment en exigeant des clauses d’exclusivité. Après l’Amérique et l’Europe, la Chine se lance également dans l’aventure de la régulation de la concurrence sur Internet.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer