Actualité à la Une

EN DIRECT – Affaire de “mise sur écoute”: Gérald Darmanin témoigne de son “soutien amical” à Nicolas Sarkozy

CONCLUSION – Deux mois après le procès de l’affaire dite des «écoutes téléphoniques», l’ancien chef de l’Etat a été reconnu coupable de corruption et de trafic d’influence par le tribunal de Paris. Son avocat a annoncé qu’il ferait appel de cette décision. Suivez les dernières nouvelles.

LE SOUTIEN DE GÉRALD DARMANIN

En déplacement à Alès (Gard), le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a exprimé son “soutien amical” à Nicolas Sarkozy, condamné ce lundi à trois ans de prison, dont l’un est clos: “Tout le monde connaît l’affection et le j’ai du respect pour Nicolas Sarkozy qui était un grand président de la République et qui, en ces temps difficiles, a mon soutien amical. Je n’oublie pas tout ce qu’il a apporté à notre pays », a déclaré celui qui était son ancien porte-parole lors de la campagne présidentielle de 2014.

LE SOUTIEN DE GÉRALD DARMANIN

En déplacement à Alès (Gard), le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a exprimé son “soutien amical” à Nicolas Sarkozy, condamné ce lundi à trois ans de prison, dont l’un est clos: “Tout le monde connaît l’affection et le j’ai du respect pour Nicolas Sarkozy qui était un grand président de la République et qui, en ces temps difficiles, a mon soutien amical. Je n’oublie pas tout ce qu’il a apporté à notre pays », a déclaré celui qui était son ancien porte-parole lors de la campagne présidentielle de 2014.

“GRAVE ET INJUSTIFIÉ”

Interrogé sur une réaction à la décision, Me Jacqueline Laffont, l’avocat de Nicolas Sarkozy, a dénoncé une condamnation “sévère et injustifiée” sur la peine de trois ans, dont une entreprise, infligée lundi en première instance à Nicolas Sarkozy.

Urgent

NICOLAS SARKOZY APPELLE SON TOUR

L’avocat de Nicolas Sarkozy annonce que son client fera appel après la condamnation prononcée contre lui. «Le président conteste cette condamnation sévère qui suscite notre incompréhension et notre indignation», explique Me Jacqueline Laffont. “Nous avons le sentiment que la décision est totalement en phase avec la réalité de l’audience.”

“Rien de normal ne s’est produit dans cette affaire”, ajoute-t-il, notant qu’une décision “contient normalement des preuves”, ou “le tribunal a appelé un tas d’indices”. Selon son avocat, l’ancien président de la République est actuellement “calme et déterminé” à affirmer son innocence et ses droits.

“DAGUE DANS L’ÉTAT DE DROIT”

Guillaume Lacroix, président du Parti radical de gauche, s’est alarmé des nombreuses réactions suite à la condamnation de Nicolas Sarkozy. Selon lui, ce sont “autant de coups à l’état de droit”. «Laissons le monde politique se taire et en prendre note», insiste-t-il.

SOUTIEN DE DAMIEN ABAD

Les réactions de la droite française continuent de se succéder. Le président des députés de LR, Damien Abad, a témoigné lundi de toute son “amitié” envers Nicolas Sarkozy. “Sa vie est une série d’épreuves qu’il n’a jamais cessé de traverser avec énergie et courage. Encore une fois, il pourra le prouver. J’en suis sûr”, ajoute-t-il.

RESPECT DE XAVIER BERTRAND

Le président de la région Hauts de France, Xavier Bertrand, a renouvelé son «respect» et son «amitié» à Nicolas Sarkozy. “Toutes les voies de recours doivent être utilisées pour qu’il puisse laver son honneur et que toute la vérité soit faite”, souligne-t-il.

LE SOUTIEN DE CARLA BRUNI

L’épouse de l’ancien président de la République, reconnue coupable de corruption et de trafic d’influence, a revendiqué son mari sur son compte Instagram.

Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison: Carla Bruni dénonce “l’implacabilité” envers son mari

À L’ÉCOUTE DES AFFAIRES

L’ancien chef de l’Etat a été reconnu coupable de corruption lundi 1er mars à Paris dans l’affaire dite des “écoutes téléphoniques”. Il a été condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis.

Affaire “écoutes téléphoniques”: Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison, dont un clos pour corruption

UNE “CHASSE”?

La sénatrice LR des Français de l’étranger, Joëlle Garriaud-Maylam, a regretté la condamnation de Nicolas Sarkozy par le tribunal correctionnel de Paris ce lundi. Il évoque une “impression inquiétante de véritable acharnement”. «Mais tout homme, même un ancien président, même de droite, a droit à une justice la plus impartiale possible», insiste-t-il, rappelant la présomption d’innocence.

Urgent

APPELÉ DE GILBERT AZIBERT

Gilbert Azibert a annoncé, par l’intermédiaire de son avocat, qu’il ferait appel après sa condamnation.

UNE CONCLUSION JUDICIAIRE TRÈS PRÉVISIBLE

Les réactions à la condamnation de Nicolas Sarkozy continuent de se succéder. La députée LR des Alpes Maritimes, Marine Brenier, a assuré à l’ancien président de la République tout son «soutien» et sa «loyauté». “Cet après-midi, nous assistons à une issue juridique tristement prévisible après des années de cabale”, ajoute-t-il.

“UN POIDS DEUX MESURES”

Nicolas Dupont-Aignan, député de l’Essonne et président de Debout la France, a estimé que la condamnation de Nicolas Sarkozy démontrait l’utilisation “d’un poids, deux mesures”.

ERREUR GILBERT COLLARD

L’eurodéputé Gilbert Collard (RN) a estimé que Nicolas Sarkozy avait été condamné sur la base d’un pacte de corruption “illusoire, non réalisé, fantomatique”. “Je ne vois pas comment, légalement, la condamnation peut être fondée”, a-t-il encore dénoncé.

HISTORIQUE

Condamné en première instance à trois ans de prison, dont l’un clos, dans l’affaire d’écoute électronique, Nicolas Sarkozy est devenu le deuxième ancien président à recevoir une telle condamnation, neuf ans après Jacques Chirac. Cependant, les deux cas sont très différents.

Nicolas Sarkozy, le premier ancien président condamné à la prison

UNE DÉCISION À HUMIL NICOLAS SARKOZY?

Après la condamnation de Nicolas Sarkozy, la députée LR Constance Le Grip a qualifié lundi cette décision de “très sévère”. “C’est fait pour humilier l’ancien chef de l’Etat”, insiste-t-il.

“SOUTIEN INDEFECTIBLE” LE CHRÉTIEN JACOB

Le président du groupe LR, Christian Jacob, a insisté pour exprimer son “soutien indéfectible” à Nicolas Sarkozy après sa condamnation lundi. “La sévérité de la condamnation est tout à fait disproportionnée et révélatrice du harcèlement judiciaire d’une institution déjà très contestée”, a-t-il déclaré, remettant en cause “les méthodes et l’indépendance” du parquet financier national.

UNE CONVENTION “EXTRÊMEMENT DURE”

Le sénateur vendéen LR Bruno Retailleau a critiqué lundi la condamnation de Nicolas Sarkozy. Il pense qu’il s’agit d’une “peine extrêmement sévère dans un cas particulièrement faible”. Les élus en ont profité pour rappeler le «droit à la présomption d’innocence jusqu’à ce que les recours aient été supprimés».

Urgent

APPELÉ DE THIERRY HERZOG

Condamné ce lundi, aux côtés de Nicolas Sarkozy et Gilbert Azibert, Thierry Herzog a interjeté appel. “L’appel est suspendu sur toutes ces dispositions. Nous sommes plus que jamais déterminés à obtenir la libération de Me Herzog, présumé innocent”, ont déclaré Hervé Temime et Paul-Albert Iweins, avocats de Thierry Herzog.

Pour rappel, l’avocat de longue date de Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison ferme (dont deux avec sursis) pour corruption et trafic d’influence et violation du secret professionnel.

UN CHOC POUR VALÉRIE BOYER

Après la condamnation de Nicolas Sarkozy, les réactions se succèdent. Valérie Boyer, la sénatrice LR, ne cache pas sa «douleur de voir notre ancien président de la République condamné ainsi». «C’est quelque chose qui me choque énormément», dit-il, précisant que ce jugement «laisserait des traces dans la vie politique».

Après deux mois d’un procès sans précédent sous la Ve République, l’heure est venue de l’issue de Nicolas Sarkozy. Le lundi 1er mars, le tribunal correctionnel de Paris devrait se prononcer sur l’affaire des «écoutes téléphoniques» pour laquelle l’ancien chef de l’Etat a été jugé pour corruption et trafic d’influence. Pour cela, il risque jusqu’à quatre ans de prison, dont deux avec sursis. Deux autres protagonistes ont été jugés à ses côtés et encourent la même peine demandée par le procureur des finances nationales: son avocat Thierry Herzog et l’ancien haut magistrat Gilbert Azibert. Thierry Herzog, le grand nom du barreau parisien, risque également cinq ans de disqualification professionnelle.

READ  LIVE - Covid-19: nouvelles recommandations sur les variantes de masques

Toutes les informations sur

Affaire “écoutes téléphoniques”: Nicolas Sarkozy condamné en première instance

En vidéo

Affaire d’écoute électronique: la réponse de Nicolas Sarkozy après l’accusation

Echanges entre “Paul Bismuth” et son avocat

Comparu en novembre et décembre derniers au tribunal de Paris, Nicolas Sarkozy est accusé d’avoir tenté, avec son avocat Thierry Herzog, d’obtenir de Gilbert Azibert, à l’époque l’avocat général à la Cour de cassation, des informations couvertes par le secret juridique en échange de soutenir une position prestigieuse à Monaco. Des soupçons établis à la suite d’écoutes téléphoniques par les enquêteurs des entretiens téléphoniques de l’ancien président avec son avocat. Nicolas Sarkozy a été intercepté en septembre 2013 dans le cadre de l’enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne de 2007. Quelques mois plus tard, les enquêteurs ont découvert qu’il utilisait un téléphone secret, sous l’identité de «Paul Bismuth», pour communiquer avec son avocat Thierry Herzog.

Lire aussi

  • Affaire “écoutes téléphoniques”: la réponse de la défense de Nicolas Sarkozy à l’accusation sévère
  • “Je veux être débarrassé de cette infamie”: Sarkozy nie tout “pacte de corruption” lors du procès pour écoutes téléphoniques

Les deux hommes ont notamment évoqué une procédure qui sera examinée le 11 février 2014 par la Cour de cassation, visant à annuler la saisie des ordres du jour présidentiels de Nicolas Sarkozy dans l’affaire Bettencourt. L’ancien président aurait alors promis d’aider Gilbert Azibert à décrocher le poste qu’il visait à Monaco, en intervenant auprès des autorités monégasques, en échange d’informations sur la prochaine décision de la Cour de cassation, par l’intermédiaire de son avocat. Dans ce fichier, il y a “pas un centime impliqué, pas un”, l’ancien chef de l’Etat avait insisté lors du procès. Peu de temps avant l’ajournement de l’audience, il a prétendu l’avoir fait “toujours confiance en la justice de notre pays”.

Suivez l’audience en direct dans le fil ci-dessus.

Sur le même sujet

Articles les plus lus

EN DIRECT – Paris: Anne Hidalgo contre l’emprisonnement du week-end, mesure “inhumaine”

VIDEO – Golden Globes: Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve prononce un discours émouvant

Covid-19: Moselle, Haute-Garonne, Nice … Augmentation des mesures restrictives locales

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé: Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Nouvelles restrictions en Île-de-France et à Paris: Hidalgo et Pécresse consultent

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer