Économie

EN DIRECT – Coronavirus: si l’une des variantes est identifiée chez un staff ou un étudiant, la classe affectée sera désormais fermée

14h53: Un cours sera fermé si un cas de variante est détecté. “Dès notification par l’ARS, si l’une des variantes est identifiée par un personnel ou un étudiant, la classe concernée sera fermée “, lit-on Site Web de l’éducation nationale.

<< Face à la suspicion d'une variante, et en attente de confirmation par séquence, la disposition de clôture de la classe (voire du niveau ou de l'institution) doit être appréciée au cas par cas, notamment en fonction du nombre de cas Covid confirmés19, du nombre de classes et niveaux impliqués, et le lien épidémiologique éventuel du ou des cas avec un cas confirmé d'un variant et / ou une zone de circulation active de variants », précise le texte.

La décision de fermer une classe, un niveau ou un institut doit être convenue entre l’ARS, le Rectorat, le chef de l’institut et la préfecture.

14h43: Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a appelé lundi à “respecter les règles” pour éviter la reconduction en justifiant l’élargissement des contrôles et des sanctions contre une “petite minorité”. “Nous avons choisi de tout faire pour éviter un recentrage. La contrepartie est évidemment que les règles actuelles, et notamment le couvre-feu à 18h00, sont pleinement respectées”, donc “une augmentation des contrôles”, a-t-il expliqué sur franceinfo . “La décision prise par le président de la République (…) est de choisir la confiance et la responsabilité des Français”, a-t-il rappelé. “Nous ne prenons pas nos décisions sur la base d’une petite minorité qui ne veut pas respecter les règles. La boussole de nos décisions est toujours de protéger la santé des Français et évidemment aussi de prendre en compte l’impact psychologique des décisions. nous faisons et l’impact économique », a ajouté Attal.

Quant à «la toute petite minorité de restaurateurs qui décideraient d’ouvrir même s’ils sont fermés administrativement, il y aura des sanctions financières», confirmait après l’annonce peu de temps auparavant par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire sur RTL. “Un restaurateur qui ouvre alors qu’il n’a pas le droit d’ouvrir n’aura pas accès au fonds de solidarité pendant un mois et s’il répète, il sera exclu du fonds de solidarité jusqu’à la fin de la crise”, a-t-il dit. Attal. Quant au télétravail, le porte-parole a également évoqué “la possibilité d’augmenter les contrôles”. “Je crois aussi fermement à la responsabilité collective des employeurs et des salariés”, a-t-il ajouté, car “pour éviter d’avoir à revenir à des mesures d’endiguement extrêmement difficiles, il peut y avoir une grande mobilisation collective, quelle que soit la sanction”.

READ  Le Black Friday 2020 va-t-il accélérer la réouverture des magasins?

Il a également rappelé les sanctions contre Ethiopian Airlines qui n’a pas vérifié les tests PCR des passagers. “Il y a d’autres compagnies aériennes qui ont été convoquées, qui ont reçu des avertissements et nous vérifierons dans les prochains jours qu’elles respectent les règles et si elles ne le font pas, il y en aura d’autres. Les sanctions qui seront prises contre les compagnies aériennes”, a-t-il dit. . mettre sur ses gardes.

13h11: Selon BFMTV, un nouveau Conseil de défense sanitaire se tiendra mercredi matin à l’Elysée pour faire le point sur la crise sanitaire.

12h10: La fermeture des centres commerciaux coûte aux finances publiques 500 millions d’euros de plus par mois, un moindre mal qu’une prison dont la facture est de 15 milliards par mois, a déclaré lundi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire sur RTL.

Il a rappelé que “le couvre-feu nous coûte environ – fonds de solidarité et autres mesures – 6 milliards d’euros par mois” et que “l’emprisonnement total, avec la fermeture des commerces et des écoles, est de 15 milliards d’euros par mois”, soit “9 milliards d’euros de plus “.

Ainsi, en renonçant à l’introduction d’un nouveau confinement, “on limite les dommages aux finances publiques”, a-t-il dit.

«La mesure que nous avons prise avec les entreprises est de 500 millions d’euros de plus. (…) Ce ne sont en aucun cas les mêmes ordres de grandeur, faites les choses avec 9 milliards. Vous pouvez rénover les hôpitaux, les jardins d’enfants, les écoles, les universités », a-t-il ajouté.

Vendredi, le gouvernement a annoncé que “les centres commerciaux non alimentaires d’une superficie de plus de 20 000 mètres carrés” seraient contraints de fermer depuis dimanche pour éviter une résurgence de l’épidémie de Covid-19.

En conséquence, a indiqué le ministre, 27000 entreprises supplémentaires pourront bénéficier du fonds de solidarité, qui consiste en une aide de 10000 euros par mois ou une compensation de 20% du chiffre d’affaires 2019, dans la limite de 200000 euros. Par mois.

11h23: L’ancien Premier ministre Edouard Philippe a été testé positif au Covid-19 ce matin. L’actuel maire du Havre s’est isolé et “va bien”, selon son entourage de l’AFP, et “travaillera à son domicile”.

11h11: Le géant pharmaceutique allemand Bayer produira le vaccin Covid-19 développé par son compatriote CureVac à partir de 2022, a annoncé le directeur de la branche pharmaceutique du groupe. “Nous avons les capacités de produire le vaccin ARNm de CureVac”, a déclaré Stefan Oelrich lors d’une conférence en ligne, ajoutant que l’objectif était de produire 160 millions de doses d’ici 2022.

READ  Flunch en difficulté: deux restaurants menacés de fermeture dans le Nord

09h51: Le laboratoire allemand BioNTech a annoncé lundi une accélération des livraisons à l’Union européenne du vaccin contre Covid-19 développé avec l’américain Pfizer, promettant jusqu’à 75 millions de doses supplémentaires au deuxième trimestre.

Les deux partenaires prévoient “d’augmenter les livraisons à partir de la semaine du 15 février” et de livrer “la quantité de doses que nous avons engagée au premier trimestre” et “jusqu’à 75 millions de doses supplémentaires pour l’Union européenne au deuxième trimestre” dans le cadre de contrats existants, a expliqué Sierk Poetting, directeur financier, dans un communiqué adressé à l’AFP.

09h50: La pandémie a tué plus de 2,2 millions de personnes dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un rapport établi par l’AFP à partir de sources officielles. Plus de 102,5 millions de cas d’infection ont été diagnostiqués. Les États-Unis sont le pays qui compte le plus grand nombre de décès (439 536), suivis du Brésil (223 945), du Mexique (158 074), de l’Inde (154 274) et du Royaume-Uni (105 571). Le nombre de morts dans le monde est sous-estimé dans le monde. Il est basé sur les rapports quotidiens des autorités sanitaires nationales.

9h34: Les restaurants abusifs qui enfreignent les règles en servant les clients à table verront leur accès au fonds de solidarité “suspendu pendant un mois”, et définitivement en cas de récidive le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a annoncé lundi sur RTL.

Cette annonce intervient à un moment où un restaurateur du Doubs a lancé lundi une invitation à ouvrir, à laquelle les organisations patronales n’ont pas adhéré et le Premier ministre Jean Castex n’envisage pas de rouvrir ces locaux avant la mi-février. Dès que possible.

“C’est extrêmement difficile pour les restaurateurs, tant moralement qu’économiquement”, a admis le ministre, mais “cela ne justifie pas le non-respect des règles, qui sont des normes sanitaires”.

En conséquence, “tous ceux qui restent ouverts seront suspendus pendant un mois d’accès au fonds de solidarité et s’il y a jamais un anniversaire, ils n’y auront plus accès”, a déclaré Bruno Le Maire.

Cette sanction concerne toutes les entreprises qui enfreignent les règles, a déclaré Bercy à l’AFP.

READ  Lidl condamné pour pratiques commerciales trompeuses à l'encontre d'Intermarché et de Carrefour

Le ministre a également indiqué que les contrôles seront renforcés dans les magasins pour assurer le respect du modèle de 10 mètres carrés par client. Le non-respect sera “d’abord une amende, puis une fermeture”, a-t-il dit.

Ce sont “des cas isolés en France”, mais “je ne veux pas que ça se propage, car cela devient une habitude ou un moyen de contester l’interdiction”, a déclaré Bruno Le Maire, ajoutant que “ce n’est pas une interdiction, mais une règle collective pour assurer la santé de tous “.

Samedi, le gouvernement a annoncé que “les centres commerciaux non alimentaires d’une superficie de plus de 20 000 mètres carrés” seraient contraints de fermer dimanche pour éviter une résurgence de l’épidémie de Covid-19.

Pour les entreprises faisant l’objet d’une fermeture administrative, l’aide du fonds de solidarité s’élève à 10000 euros par mois ou une compensation de 20% du chiffre d’affaires 2019 dans la limite de 200000 euros par mois.

Suite aux nouvelles annonces, 27 000 entreprises supplémentaires pourront bénéficier du fonds de solidarité, a déclaré Bruno Le Maire.

08h23: Un premier cas d’une variante britannique de Covid-19 a été détecté en Martinique mais la personne infectée, actuellement en isolement, “va bien”, a annoncé l’Agence régionale de santé (ARS) de la Martinique. “A ce jour, aucun autre cas de contamination secondaire n’a été identifié”, a déclaré ARS Martinique dans un communiqué. Cinq contacts à risque ont été identifiés et testés, mais les résultats ont été négatifs. Les autorités sanitaires ont suspecté la présence d’un cas de la variante anglaise à partir du 18 janvier. “Sans attendre les résultats des rapports, cette personne domiciliée en Martinique a été invitée à respecter un isolement strict”, a indiqué l’ARS.

Un cas sur dix de Covid-19 actuellement détecté en France pourrait être dû à la variante anglaise du coronavirus, trois fois plus que dans la première semaine de janvier, selon les estimations fournies mercredi par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. A partir du 2 février il faudra une raison valable pour se rendre en Martinique et en Guadeloupe, afin de protéger les Antilles françaises des variantes de Covid-19, a annoncé jeudi le ministre des DOM-TOM, Sébastien Lecornu. Cette mesure, qui devrait éviter l’afflux de voyageurs en provenance de France pendant les vacances de février, sera accompagnée d’un test PCR obligatoire pour partir en France. En décembre dernier, la Martinique a accueilli plus de 100 000 vacanciers.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer