Actualité à la Une

Et si les effets de la vaccination étaient déjà présents?

Dans un centre de vaccination à Toulouse. Dessin. – F. Scheiber – Sipa

  • Au CHU de Toulouse, le nombre de patients Covid connaît un «plateau», même en réanimation.
  • Un léger rajeunissement des patients gravement malades suggère que la vaccination des personnes âgées a ses premiers effets.
  • Cependant, il faut rester prudent et attendre les prochaines tendances, sans relâcher notre vigilance sur les gestes de barrière.

Le “plateau” est certes “haut” mais en fait il y en a. Selon Marc Penaud, le directeur de CHU de Toulouse, le nombre de patients
Covid dans l’usine, il y en a maintenant environ 170
deux semaines, Quand il avait atteint 190 patients à la hauteur de la première vague. Le «plateau» s’applique également aux patients reçus en réanimation, environ 70 au cours des deux dernières semaines. Il s’agit d’emblée «d’hommes âgés, souffrant de comorbidités, de diabète ou d’obésité», indique la spécialiste des maladies infectieuses Muriel Alvarez.

Mais dans son unité de soins intensifs de Purpan, Béatrice Riu constate également un rajeunissement des patients. «Cela peut être cyclique, l’échantillon est petit mais la semaine dernière sur 15 patients Covid, 14 avaient moins de 65 ans», et parmi eux trente ou quatre ans souffraient d’une obésité importante. Un effet de la vaccination chez les plus de 75 ans? «La vaccination des personnes âgées est bien engagée, cela pourrait être une explication», explique Muriel Alvarez. «Il est également possible que les seniors non vaccinés se protègent mieux et que ce soit une combinaison des deux», suggère le virologue Jacques Izopet.

Moins de demandes d’hospitalisation des maisons de retraite

L’intuition est la même avec la gériatre Hélène Villars qui suit la situation dans les maisons de retraite médicalisées de la Haute-Garonne. «Subjectivement, il y a en fait moins de demandes d’hospitalisation», dit-il. Bien qu’il existe encore 25 usines dans une situation de cluster, 680 habitants malades et environ 60 décès par semaine, les trois quarts des habitants ont reçu une première injection de vaccin à ce jour.

«Nous ne sommes pas encore hors de danger, dit Jacques Izopet. C’est une poursuite. La circulation du virus et de sa variante anglaise reste importante en Haute-Garonne. Le spécialiste insiste notamment sur la nécessité de poursuivre le dépistage génétique des cas positifs au niveau national. Car la sélection effectuée par le vaccin peut aussi favoriser l’émergence d’autres variantes. De plus, le personnel soignant du CHU appelle à ne pas desserrer les gestes de barrière. En pédiatrie, le nombre d’enfants atteints de gastro-entérite – 10 à 12 par jour – est le même qu’au début de l’année dernière. C’est un signe que le lavage des mains ou l’utilisation de gel hydroalcoolique s’affaiblissent.

READ  Espagne-Allemagne (6-0) - Joachim Löw: "Nuit noire pour le football allemand"

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer