Monde

exilé à Abu Dhabi, l’ancien roi Juan Carlos rembourse une nouvelle dette auprès des autorités fiscales

Juan Carlos, 83 ans, espérait sans aucun doute passer ses vieux jours d’une autre manière. Entouré d’enquêtes et en exil à Abu Dhabi, l’ancien roi d’Espagne a payé au fisc une nouvelle dette de près de 4,4 millions d’euros, a confirmé son avocat ce vendredi 26 février. Une opération visant à éviter des poursuites judiciaires, mais qui porte encore plus atteinte à son image et à celle de la monarchie.

Le but de ce paiement est de régulariser les obligations fiscales découlant des vols en jet privé dont l’ancien monarque a bénéficié et qui avaient été payés par une fondation basée au Liechtenstein appartenant à l’un de ses lointains cousins. C’est la deuxième fois que l’ancien souverain rembourse ses dettes auprès de l’administration fiscale.

En décembre, Juan Carlos il avait déjà payé près de 680 000 euros, une régularisation liée à une enquête anticorruption sur l’utilisation par l’ancien roi de cartes de crédit liées à des comptes bancaires au nom d’un homme d’affaires mexicain et d’un officier de l’armée de l’air espagnole. Dans cette affaire, la justice cherche à déterminer s’il a utilisé les candidats pour blanchir de l’argent après 2014, date de son abdication et donc de la fin de son immunité de chef de l’Etat.

En admettant qu’il a retiré les revenus de l’administration fiscale, l’ancien monarque tente d’éviter les poursuites. Mais la justice, qui cherche à déterminer l’origine des fonds qui ont permis de payer cette régularisation, n’a pas encore pris de décision en la matière.

Pedro Sánchez a donné son avis vendredi “répulsion” En ce qui concerne “conduite incivile” par Juan Carlos. Mais le chef du gouvernement espagnol a essayé d’épargner la monarchie. “Ce qui est en cause ici, c’est le comportement d’une personne. Ce n’est pas une institution, ni le palais royal ni la couronne, qui est en question.”il a souligné. “Le roi actuel”, Felipe VI, fils de Juan Carlos, “il a marqué un avant et un après en termes d’exemplarité, de transparence et de bonne utilisation des fonds publics et a donc mon plein soutien”, a déclaré le Premier ministre socialiste.

READ  Vladimir Poutine, maître du jeu dans le Caucase du Sud

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer