World

Face à Covid-19, Macron évalue la possibilité de recontractions ciblées

La rentrée scolaire approche, Emmanuel Macron abandonne. Avant de retourner à Paris pour présider un conseil des ministres dédié au plan de relance post-covid, le président de la République a reçu l’hebdomadaire Match de Paris dans sa résidence d’été au fort Brégançon. L’occasion pour le chef de l’Etat d’exprimer quelques confidences, notamment sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus qui suscite de vives inquiétudes dans le pays.

Face à la menace, l’hypothèse d’une redéfinition réapparaît. “Nous n’interdisons rien»Assure Emmanuel Macron, rejetant cependant l’idée de recourir à nouveau à la réconciliation généralisée. “Ce que nous voulons éviter, c’est d’être débordé. Nous avons des stratégies très localisées, comme ce qui s’est passé en Mayenne, qui peuvent conduire à un recentrage ciblé qui pourrait être mis en œuvre si la situation l’exigeait.“Comme à Pékin au début de l’été, quand les autorités chinoises confinaient la population à Pékin face à la menace d’une reprise épidémique. Ou comme à Auckland récemment pour les mêmes raisons. Mais il ne s’agit pas d’arrêter à nouveau le pays comme en mars.

Nous ne pouvons pas fermer le pays, car les dommages collatéraux de la détention sont considérables, met en garde Emmanuel Macron . Le risque zéro n’existe jamais dans une entreprise. Il faut répondre à cette anxiété sans tomber dans la doctrine du risque zéro“Par rapport à mars, le chef de l’Etat estime qu’il appartient désormais aux Français de se prendre en charge en systématisant l’utilisation de gestes barrières pour endiguer la propagation du virus. S’ils ne sont pas encore totalement entrés dans les douanes, les Français les connaissent bien mieux que cinq. il y a des mois, au début de l’épidémie. “Nous sommes les co-acteurs de ce combat, tous ensemble, contre le virus: du masque, du respect de la distance physique, de l’hygiène …“, Il explique.

READ  espionné en Pologne communiste dans les années 1960

Pour lutter contre une reprise épidémique, le président de la République peut compter sur son nouveau Premier ministre Jean Castex, celui qu’il avait choisi pour organiser le déconfinement avant de le nommer à Matignon. Emmanuel Macron revient également sur les raisons qui ont motivé ce remaniement et la réorientation de sa politique. “Nous sommes dans un moment de répit qui a nécessité une nouvelle équipe pour cette nouvelle voie, sans nier ce qui a été fait depuis trois ans., explique le chef de l’Etat. Il y a peut-être plus de complémentarité dans ce gouvernement, avec des personnalités fortes qui ont des racines territoriales. Penser que cela permet au président d’être plus protégé ou de démissionner, ce n’est pas vrai, et mon objectif n’est pas de me protéger mais de poursuivre l’action entreprise“. Ce sera l’un des objets de la rencontre entre Emmanuel Macron et Jean Castex. Pour préparer la rentrée scolaire, le Premier ministre se rendra au fort de Brégançon vendredi.

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer