Sport

Football Nantes – Nantes: Lafont au centre d’une confusion à la tribune présidentielle?

Prenant un coup franc en fin de match contre Lorient, Alban Lafont a involontairement provoqué un affrontement brutal dans la surface présidentielle de La Beaujoire. Ambiance chaleureuse à Nantes.

Armand Laurienté ne se doutait pas qu’il provoquerait un choc dans la tribune présidentielle du stade nantais en inscrivant un coup franc de 40 mètres à Alban Lafont, un but incroyable qui a permis à Lorient d’arracher le point de l’égalisation face à Nantes. Alors que Waldmera Kita et son fils prenaient la route directement dans les vestiaires, le visage sinistre, le légendaire défenseur canarien Patrice Rio et l’agent privilégié du FC Nantes Mogi Bayat, ont été lourdement insultés, les deux hommes proches du combat. Malgré ses 72 ans, Patrice Rio est toujours prêt à défendre son club, et il a laissé l’agent, qui est le directeur sportif du club nantais, savoir en personne ce qu’il pensait de la performance du gardien dans cette action.

Insultes à huis clos, Nantes aura tout appris

Nous avons tous été très déçus et j’ai pris la liberté de dire à haute voix que pour moi Alban Lafont était responsable de cette étape. Devant moi, M. Bayat, l’agent qui l’a mis à Nantes, a décollé et le ton a augmenté », Explique l’ancien défenseur des Canaries et de la France. Si des insultes ont été entendues, audibles par tous à cause de la caméra de la Beaujoire, Patrice Rio précise que malgré une tension énorme aucun coup n’a été échangé entre les deux hommes qui se trouvaient face à face, ce dernier précisant dans Le groupe qui ne voulait pas ” créent de nouveaux problèmes pour Waldemar Kita qui en a assez. «Après ce match nul, le FC Nantes est désormais 19e et relégué.

READ  les Bleus entament leur marathon d'automne contre une équipe ukrainienne décimée

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer