Sport

Formule 1 | Rythme au tour: Red Bull 5 dixièmes d’avance sur Mercedes F1, douche froide pour Ferrari?

L’an dernier, Formula One Management (FOM) a pu prédire, de manière relativement fiable, la hiérarchie annoncée en début d’année en diffusant les données acquises lors des essais hivernaux de F1 à Barcelone.

Cette année également, les statisticiens du FOM, qui avaient certainement accès à un volume de données supérieur à la moyenne, ont donc commencé à évaluer, tout d’abord, le rythme des monoplaces pour se qualifier.

La hiérarchie qui émerge de cette manière, selon le FOM, est évidemment différente de la hiérarchie finale comme le montre le simple calendrier.

En fait, le type de caoutchouc diffère d’un cycliste à l’autre. Par exemple, Yuki Tsunoda a réalisé son meilleur temps (2e au général) en C5, où Max Verstappen a utilisé des pneus plus tendres (tout en signant le meilleur temps absolu). De même, le niveau de charge de carburant change avec un pilote. Même l’utilisation du DRS – par exemple Yuki Tsunoda l’a utilisé bien au-delà des zones traditionnelles, déformant un peu les statistiques. Enfin, il faut tenir compte du temps, du vent, des conditions, des températures; car par exemple si le vent souffle à 20 km / h plus fort d’une heure à l’autre, les temps au tour ne sont plus vraiment comparables.

Le FOM a ensuite procédé à un nivellement général des conditions, pour considérer les temps au tour purs «à égalité».

Les données suggèrent que les craintes de Mercedes seraient vérifiées. Dans un tour, Red Bull devance largement Mercedes. L’écart serait relativement important: plus de 5 dixièmes par tour (0,52 seconde). A priori une excellente nouvelle pour Milton Keynes!

READ  José Mourinho désabusé avec ses joueurs

Ces données contredisent les craintes écrasantes d’Andrew Shovlin, ingénieur automobile en chef chez Mercedes, qui croyait que “Trop d’équipes” ils devançaient Mercedes à un rythme pur. Finalement, il en serait un, Red Bull. Les commentaires de Valtteri Bottas étaient également beaucoup plus optimistes, en particulier pour le rythme de la course.

Les 3 premiers seraient très serrés: McLaren serait à 0,59 seconde (par tour) de Red Bull et presque égal à Mercedes. Avec son diffuseur unique, avec ses solutions originales à fond plat, et avec le groupe motopropulseur Mercedes, McLaren aurait-il fait un autre grand pas en avant?

Derrière McLaren, Aston Martin F1 serait en bonne position, à la 4e place, malgré les problèmes de fiabilité rencontrés par Sebastian Vettel (0,72 seconde de Red Bull). Alpine serait la cinquième force, à seulement 8 cents de l’Aston Martin F1.

AlphaTauri suivra (977 millièmes derrière Red Bull), un peu moins en forme que ce que l’espère la seconde fois de Yuki Tsunoda.

La douche froide serait pour Ferrari. Malgré le nouveau moteur et l’aérodynamisme revu, Ferrari ne serait que la huitième force sur le terrain (+1,28 seconde par rapport à Red Bull), même derrière Alfa Romeo! Encore un échec qui serait très surprenant et probablement fatal pour Mattia Binotto …

Enfin, il n’est pas surprenant que Haas et Williams auraient tiré l’arrière. Le retard de Williams serait toujours inquiétant (une demi-seconde derrière Haas, près de 2 sur Red Bull).

Tous ces chiffres doivent être pris avec beaucoup de prudence, d’autant plus que les quantités de carburant ou le niveau d’attaque de chaque pilote n’étaient pas connus et, bien sûr, les voitures évolueront quand même d’ici au premier Grand Prix de Bahreïn.

READ  Thomson toujours leader du Vendée Globe, Le Cam sur ses talons

Mais ces signes sont rassurants pour Red Bull ou McLaren d’une part… et inquiétants pour Mercedes et Ferrari. Quant à Red Bull, parviendront-ils vraiment à signer la pole avec Max Verstappen ou Sergio Pérez?

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer