Économie

“Il faut une double comptabilité”, selon Saint-Martin

Le rapporteur général du budget à l’Assemblée appelle à une gestion parallèle du solde du compte courant et de la dette nécessaire à la gestion de la crise et des investissements pour l’avenir.

La dette n’est ni une potion magique ni un poison mortel“. Sur le plateau de BFM Business, ce mardi, Laurent Saint-Martin, rapporteur général du budget à l’Assemblée, a demandé”un changement de perspective sur la dette“Qui a décollé en France avec la crise sanitaire et la politique de”quel qu’en soit le prix“.

La dette, selon lui, n’est pas un problème s’il en a l’habitude. »investir” ou “remédier à la crise“. D’un autre côté, il faut plus”fermeté»Dans le solde du compte courant. “Nous nous sommes trop souvent endettés pour financer notre déficit courant, pour combler les déficits budgétaires. Nous prenons plus de dettes pour investir et sommes plus fermes dans l’équilibre de nos comptes courants. Une double comptabilité est requise. C’est cette dualité que je propose“, A-t-il expliqué. Le rapporteur du budget espère donc que”une règle sur les cinq deuxièmes années au cours desquelles le solde structurel sera équilibré“. Cela n’arrivera pas du jour au lendemain, admet-il, car”le déficit public est un grand paquebot, il faut du temps pour le ralentir“.

Contenir la dette Covid

Dans une note présentée lundi soir au bureau exécutif de La République, Laurent Saint-Martin, ainsi que le député européen Pascal Canfin ou le député d’Allier Bénédicte Peyrol, soutiennent un débat “lucide et responsableSur la gestion de la dette française. “Loin d’être des slogans faciles mais contre-productifs comme l’annulation de la dette, nous proposons ici une voie sérieuse et équilibrée pour gérer notre dette Covid.«, Disent ces élus.

READ  Jack Ma, le chef d'Alibaba réapparaît dans la vidéo

Ils suggèrent d’écarter définitivement une éventuelle annulation de la dette résultant de la crise sanitaire, qui s’élève à 215 milliards d’euros pour la France, dont 75 milliards pour les seules organisations sociales, selon les données de Bercy. Les porteurs de cette note défendent une maîtrise de cette dette Covid qui la rendra possible “distinguer l’évolution de la dette publique qui est l’action de notre majorité, de celle qui concerne la crise et “ coûte que coûte ”“.

La réforme des retraites reste “nécessaire”

La réduction progressive de cette dette nécessitera un effort sur les dépenses publiques une fois la crise passée, notamment par la poursuite des réformes, notamment celle des retraites. “Cette réforme des retraites est nécessaire mais prend du temps et du temps parlementaire pour le dialogue social. Il faut retourner à la table, ce n’est pas une option»A rappelé Laurent Saint-Martin sur BFM Business.

Au niveau européen, les élus de la majorité défendent une réforme des règles budgétaires vers une “pacte de durabilitéCe qui prendrait en compte les investissements en faveur de la transition écologique. Pour le moment, compte tenu des taux d’intérêt bas, ils recommandent également à la France d’emprunter 70 milliards d’euros supplémentaires d’ici 2022 pour financer des investissements verts.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer