Actualité à la Une

Inhumations emportées et mausolées éviscérés, dans les cimetières “il n’y a rien à reconstruire”

Les tombes ont été déchirées et les cercueils emportés par le ruisseau de Bieugne – M. Bernouin / ANP / 20 minutes

  • Dans la vallée de la Roya, dévastée par les inondations, le cimetière Saint-Dalmas de Tende a été dévasté par les vagues.
  • Les tombes ont été anéanties et auraient pu être retrouvées à des kilomètres de là sur la côte italienne.

Dans la vallée de la Roya,

Saint-Dalmas-de-Tende (Alpes Maritimes)même les morts ont été victimes des intempéries. Dans ce petit village entouré de
la vallée de la Roya, les crues exceptionnelles du week-end ont anéanti une grande partie de l’ancien
cimetière… et ses cercueils. Les mausolées sont vidés. Les restes de plusieurs défunts sont repartis avec les vagues déferlantes du ruisseau de Bieugne. Ils auraient pu être transportés par eau jusqu’à la côte italienne, à Vintimille.

Sur place, les habitants isolés de ce village coupé du monde n’en reviennent toujours pas. Insérée devant le portail en fer forgé laissé debout à l’entrée du cimetière, Marie Guido était sous le choc. “Vous vous rendez compte? Je ne pensais pas pouvoir voir ça un jour de ma vie … Ils n’ont rien demandé”, raconte cette résidente de 84 ans.

“C’est fait pour méditer, mais il ne reste plus rien”

Des dalles de marbre et des tombes sont dispersées en contrebas, dans le lit du ruisseau. Selon le maire du village, 150 tombes ont été déblayées. “Les trois quarts du cimetière ont disparu”, a déclaré Jean-Pierre Vassallo. «Les corps sont partis pendant 20 km et se sont retrouvés partout, parfois dans les jardins», dit-il. Ce sont les habitants qui nous préviennent, à tel point que les sapeurs-pompiers marseillais viennent les récupérer ».

«Je pense que c’est ma voûte familiale, avec un cercueil, que l’on peut voir là-bas dans le vide. Il ne reste que cette pièce. Il y avait une chapelle ici, il y avait des tiroirs. Et il ne reste plus rien. Un enterrement est fait pour se souvenir. Mais il ne reste plus rien, répète Chantal Bocchin. Nous ne reconstruirons pas, il n’y a rien à reconstruire. “

Une fois tombée dans le lit du ruisseau, elle découvre un cercueil – M. Bernouin / ANP / 20 Minutes

Situé en contrebas du stade du village, dont l’un des coins a également été emporté par la crue du ruisseau de la Bieugne, l’ancien cimetière borde un plus récent qui n’a pas été touché. Toujours accessible depuis une rue bordée d’arbres, le lieu dévasté attire les gens du village, mais certains n’osent pas se manifester.

“Il reste un dixième du cimetière!” Mes parents, maintenant ils doivent être à Vintimille », soupire un homme qui tourne les talons, essayant de cacher son émotion, sans doute pour se sauver d’un traumatisme supplémentaire.

“Visions d’horreur”

«Ces personnes, déjà en détresse psychologique suite au choc des inondations, ont pu avoir des visions d’horreur» en découvrant ce qui était arrivé à l’enterrement de leurs ancêtres, a observé le Dr Samia Lahya, médecin référent de l’unité médico-psychologique. par Vaucluse, spécialement posté sur le site.

D’autant que certains restes emportés par le ruisseau de la Bieugne ont pu être retrouvés à des kilomètres de là, à l’embouchure de la Roya, à Vintimille, en Italie. Au moins quatre corps, retrouvés sur les côtes italiennes dans un état de “grande décomposition”, “doivent vraisemblablement correspondre” aux cercueils emportés lors de ces inondations, a déclaré le préfet des Alpes Maritimes.

READ  Conseils de Noël avant le Black Friday: Offres du mardi 24 novembre - Nouveau

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer