divertissement

“Je ne soutiens plus ce gouvernement qui oublie la culture”

Son film “Rag Boy” est sorti le mercredi 28 octobre en salles, le jour même de l’annonce d’un nouvel enfermement et de la fermeture des salles … Nicolas Maury explique comment il a vu cette situation, entre confusion, colère et espoir, une nouvelle perspective de la vie quand les cinémas rouvrent.

Son film, Garçon de chiffon, comme celle de Maïwenn, ADN, ou Claus Drexel, Sous les étoiles de Paris, est sorti en salles le mercredi 28 octobre, le même jour que le discours d’Emmanuel Macron annonçant une reconfirmation. Lors de son discours, le président de la République n’a pas dit un mot pour les cinémas, les théâtres ou le monde de la culture en général, qui a pourtant compris, la mort dans l’âme, qu’il devait à nouveau tirer le rideau. En totale incertitude sur la durée de ce nouvel écran noir.

Pour tout le monde, la cruauté de la décision est immense. Pour Nicolas Maury, c’est d’autant plus que son film, premier long métrage en tant que réalisateur, “Mon garçon de chiffon” comme il l’appelle affectueusement, il a déjà été privé du Festival de Cannes et, à ce jour, de spectateurs. Fataliste, mais content de l’accueil réservé au film durant ces deux jours (presse humaine, avant-premières complètes et public enthousiaste, fréquentation très encourageante …), il a répondu à quelques questions lors de son parcours chez un attaquant. – la dernière présentation de son film dans un cinéma du nord de Paris.

Cet article est réservé aux abonnés

  • Tout le contenu souscrit : articles, revues, newsletters et le magazine en version numérique
  • accès à plus les 300 films VOD l’année choisie par les éditeurs
  • Du avantages et réductions sur les événements culturelschoisi par Télérama
READ  Karine Le Marchand, célibataire et heureuse: rares confidences

Je m’abonne à partir de 1 €

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer