Actualité à la Une

Johann Zarco 2e au Qatar, Maverick Viñales l’emporte

Johan Zarco a maintenant un vélo d’usine entre ses mains. Et voyons la différence. Au guidon de sa Ducati de l’équipe Pramac, le Français a débuté sa saison par une magnifique performance, avec une course solide car, alors que ses rivaux jouaient yoyo dans les tours, le Français a dominé le podium de bout en bout.

Au départ, Zarco a exploité la puissance de feu de sa voiture: à la fin de la première ligne droite un quatuor Ducati était en tête avec Bagnaia devant Miller, Zarco et le supersonique Martin, 14e sur la grille!

Après avoir dépassé Miller, le Français a tenté de suivre le rythme de l’autre pilote officiel de la marque italienne. En vain. Au douzième tour, il a même dû s’incliner face à une attaque de Viñales qui, débordée, a attaqué Bagnaia entre-temps. L’Espagnol Yamaha, visiblement revigoré après une saison 2020 désastreuse, a pris la tête trois tours plus tard et était proche de la victoire, le neuvième de sa carrière.

A six tours de l’arrivée, Zarco trouve à son tour l’ouverture à Bagnaia pour prendre la deuxième place. Sous la menace de Mir dans les deux derniers tours, le pilote Pramac n’a pas bougé. Le champion du monde a attaqué la Ducati mais est sorti large du dernier virage et a été relâché en ré-accélération, dans les derniers hectomètres, par les deux fusées rouges de Zarco et Bagnaia.

Moins de succès pour l’autre bleu. Deuxième sur la grille, Fabio Quartararo a longtemps monté la fronde derrière les Ducatis. Au sixième tour, après avoir dépassé Martin et Miller, il monte même sur le podium provisoire, derrière Zarco. Mais la deuxième partie de la course a été plus compliquée pour le nouveau pilote d’usine Yamaha.

Après avoir chuté à la septième place au quinzième tour, Quartararo a refait surface dans les derniers tours pour assurer une cinquième place (entre les deux pilotes Suzuki de Mir et Rins), bon pour tenir compte des circonstances. Reste maintenant aux Français à comprendre ce qui manquait pour imiter la performance de son coéquipier Vinales.

Pas de miracle pour Valentino Rossi: quatrième sur la grille, l’Italien est douzième.

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer