octobre 16, 2021

Cambodge Soir

Dernières nouvelles et actualités mondiales de France 24 sur les affaires, les sports, la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique

La Commission européenne a approuvé le plan de relance de la France de 0,5 39,5 milliards d’euros

Photo d’archive : 18 mai 2021 Un membre du personnel d’un magasin se prépare à rouvrir un magasin à Paris dans le cadre de l’assouplissement des contrôles de verrouillage dans le pays au milieu de l’épidémie du virus corona (Covit-19) en France. REUTERS / Sarah Maysonier

BRUXELLES (Reuters) – La Commission européenne a approuvé mercredi le plan de la France de 0,5 39,5 milliards d’euros pour les années à venir pour verdir et numériser l’économie qui se remet de l’épidémie.

Le projet sera financé par des subventions de l’UE jusqu’en 2026. Lorsque le plan sera approuvé par les ministres des Finances de l’UE en juillet, la France recevra 5,1 milliards d’euros de financement pré-planifié dans le cadre du plan.

Des paiements supplémentaires seront effectués à l’achèvement des phases convenues des réformes et des investissements spécifiés dans le plan approuvé.

La commission a déclaré que la France prévoyait de consacrer 46% de son argent à des objectifs climatiquement neutres, notamment des investissements dans le renouvellement énergétique des bâtiments, des infrastructures de mouvement propres et la décorbonisation des véhicules et des processus industriels.

Paris investira également dans les technologies vertes qui favorisent l’utilisation d’hydrogène renouvelable et à faible émission de carbone, la conservation de la biodiversité, la restauration de l’environnement, l’amélioration de la gestion forestière et l’expansion des forêts.

Le plan français alloue un total de 21 % à l’adaptation de l’économie à l’ère numérique, y compris la recherche, les nouvelles technologies numériques, la numérisation de l’administration publique, la cybersécurité, l’identification électronique et l’e-santé.

La France investira dans la connectivité numérique dans les zones rurales, la numérisation des entreprises, l’éducation et les compétences numériques.