Économie

La Commission européenne lance une enquête sur le remboursement des vols annulés en raison du Covid-19

Les passagers qui, depuis près d’un an, demandent le remboursement de leurs vols annulés en raison de Covid-19, vont-ils enfin gagner leur cause? Lundi 1est En mars, la Commission européenne a annoncé, dans un communiqué de presse, sur lequel il ouvrait une enquête sur ” les pratiques d’annulation actuelles de la compagnie aérienne “ vol: entend s’intéresser à la manière dont ces derniers gèrent les demandes de remboursement de leurs clients.

Article réservé à nos membres Lire aussi Avions annulés: les remboursements de billets restent un parcours d’obstacles

Le Règlement Européen n ° 261/2004 sur les droits des passagers aériens oblige les compagnies aériennes à rembourser les billets, en espèces, dans un délai de ” sept jours Après une demande. Cependant, la plupart préfèrent donner des «biens» même si les clients n’en veulent pas. ” Pendant un an, la situation était le chaos », Indique l’UFC-Que Choisir: certains actifs ont expiré, d’autres ont été prolongés, et les protestations se sont multipliées, sans quoi la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), mais devrait faire appliquer la réglementation européenne, réagit.

Le 24 avril 2020, l’UFC-Que Choisir a alors notifié à 57 entreprises le respect des droits de leurs clients. Le 29 mai 2020, a-t-il précisé ils ont assigné 20. Dans le communiqué, la Commission européenne prend soin de préciser que l’enquête a commencé “suit “à une “Alerte” du Bureau Européen des Syndicats de Consommateurs (BEUC), fédération d’associations européennes à laquelle appartient l’UFC-Que Choisir. Notez qu’il a décidé de prendre en compte.

“Contrat passager”

Les entreprises auront ” trois semaines “ pour répondre aux autorités membres de la “Réseau de coopération pour la protection des consommateurs (CPC)” – ou, en France, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la prévention des fraudes (DGCCRF). Didier Reynders, le commissaire européen chargé de la justice et de la consommation, à l’origine du communiqué de presse, précise: Nous attendons [des compagnies] assurez-vous que tous les passagers qui souhaitent un remboursement en espèces le reçoivent. “ S’ils persistaient à refuser de le faire, ils encourraient des sanctions financières.

READ  Les défenseurs des droits des enfants contre le projet d'Instagram pour les plus petits
Lire aussi Annulation de vol, retard: les avocats passagers dénoncent les “excès” des tribunaux

Les passagers ont peut-être pensé que la Commission était trop impatiente. Le 18 mars 2020, il a certainement adopté un ” la communication »Dans lequel il a rappelé le principe du remboursement; le Le 13 mai 2020, a émis une «recommandation», dans lequel il l’a réitéré “Le remboursement sous forme de bon n’est possible qu’avec l’accord du passager”.

Article réservé à nos membres Lire aussi Séjours évités à l’étranger: aux voyagistes condamnés au remboursement, qu’en est-il des compagnies aériennes?

Mais il n’a pas engagé de procédure d’infraction contre les pays qui n’appliquent pas le règlement 261/2004, alors qu’il l’a fait contre ceux (dont la France) qui ont modifié la directive sur les voyages à forfait 2015/2302, afin d’autoriser un remboursement différé. Cependant, au plus fort de la crise, il a refusé de céder aux pressions des États qui exigeaient la même exemption des voyagistes pour les transporteurs. Maintenant, elle semble déterminée à agir.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer