septembre 28, 2021

Cambodge Soir

Dernières nouvelles et actualités mondiales de France 24 sur les affaires, les sports, la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique

La taille des pommes est plus élevée que prévu initialement, mais nettement inférieure pour les poires

Hier à Paris, l’ANPP a mené la campagne Pomme et Poire 2021, réunissant une centaine d’experts de la filière. L’année dernière était un face-à-face très attendu pour les professionnels qui n’ont pas pu faire face à la crise sanitaire.

Suite à la revue de la campagne pommes et poires 2020/2021, les prévisions de récolte 2021/2022 ont été émises pour la France, l’Europe et le marché export. L’événement a été l’occasion de faire le point sur l’état de l’industrie et des marchés de la production biologique.

2020 : Niveau des exportations maintenu dans toute l’Europe mais réduit à l’international
La récolte limitée de la saison dernière a entraîné une baisse des exportations. Les fabricants ont choisi de stocker leurs produits pour les circuits de distribution locaux. Le marché français a donc bien offert tout au long de la saison. La perte de volumes d’exportation en Europe a été faible, bien qu’elle ait été nettement plus élevée en Extrême-Orient, au Moyen-Orient et aux États-Unis. De plus, les familles françaises n’ont jamais acheté autant de pommes que cette saison, malgré des prix de vente au détail inhabituellement élevés. Bien entendu, ce constat peut être lié au soi-disant « effet lâche » dont Apple a bénéficié.

Augmentation des importations à usage industriel
Côté industriel, le niveau inférieur de la campagne Apple précédente a augmenté le volume des importations avec la qualité exceptionnelle des pommes. On constate une augmentation constante des achats de compotiers sur le marché libre, qui ont atteint 10 000 tonnes par an ces 3 dernières années.

La récolte de pommes est légèrement supérieure à 2020
Au 1er juillet, le stock de pommes français atteignait 51 300 tonnes, soit un niveau inférieur au niveau de la campagne précédente. Alors qu’une petite récolte (1,337 million de tonnes) dans la saison des pommes 2020 est inférieure à la moyenne (1,448 million de tonnes), les prévisions de récolte 2021 ne se dirigent pas vers un niveau plus élevé (1,375 million de tonnes). Néanmoins, les niveaux prévus seront plus élevés que prévu. Le gel a eu un impact important sur la production française, touchant à des degrés divers les variétés, les régions et les industriels.

La récolte européenne de pommes est en hausse
Au niveau européen, en revanche, la récolte attendue est de 11,735 millions de tonnes (contre 10,705 millions l’an dernier). Ce montant est supérieur à la moyenne des 10 dernières années (11,249 millions). Cette croissance est principalement due à l’augmentation de la production dans les pays d’Europe de l’Est, avec la Pologne (+ 22% 4,170 millions de tonnes par rapport à l’année dernière) et la Hongrie (+ 49% avec 520 000 tonnes par rapport à l’année précédente). Là encore, il existe une disparité importante entre les pays de l’UE, l’Espagne augmentant de taille de + 28 % (543 000 tonnes) et diminuant du même ordre que la Grèce (203 000 tonnes). L’Italie, en revanche, devrait reculer de -4% à 2,046 millions de tonnes cette année.

READ  Message de l'UE : « Fonctionne pour l'Allemagne, pas pour la France ! » Indignation du Brexiter face à l'humiliation vaccinale de Bruxelles | Monde | Nouvelles

Hors UE, elle atteindra 4 millions de tonnes pour la Turquie (+ 2 % par rapport à 2020), 45 381 millions de tonnes (+ 3 %) pour la Chine et 4 644 millions (- 4 %) pour les États-Unis.

Certains types de clubs sont plus vulnérables que d’autres
Les prévisions de récolte des variétés internationales en France et en Europe (Golden, Gala, Grand-mère, etc.) sont légèrement supérieures à l’an dernier (+ 4 %), mais inférieures à la moyenne. Elle s’applique également aux variétés régionales, presque exclusivement produites en France. En revanche, les variétés club sont plus sensibles au gel, d’où une récolte attendue en France de -6% par rapport à la campagne précédente. Le type Pink Lady, entre autres, a été particulièrement touché. De manière générale, la production de variétés club est en croissance, mais à un rythme plus lent au cours des deux dernières années. Le type gala se développe régulièrement, tandis que le type granny souffre d’une érosion continue de son potentiel de production.

Menthe poivrée : La campagne de France a été fortement impactée
La campagne poire française en 2020 est plus modeste que la campagne pomme, légèrement supérieure à la campagne précédente (133 000 tonnes) et en moyenne sur les cinq dernières années (129 000 tonnes). Comme les pommes, malgré les prix de détail élevés, la consommation a été très bonne. Malheureusement cette année, le gel a durement frappé les vergers de poiriers et réduit le volume attendu à 57 000 tonnes. Les variétés Coyote et William ont été affectées par -71 % de tonnes de moins que l’an dernier, avec une moyenne de -57 % de toutes les variétés combinées. On sait déjà que les prix élevés de quelques poires sur le marché ne compensent pas la perte. Certains agriculteurs ont perdu jusqu’à 90-95% de leur récolte de poires, certains des fruits restants n’étant disponibles que pour le marché industriel.

READ  La pièce inintéressante de la France va à l'encontre de son image de soi historique

Fluctuations importantes de la taille des poires dans l’UE
Au sein des 15 membres de l’Union européenne, la récolte devrait être de 1,488 million de tonnes, soit 30 % de moins que l’an dernier (2,127 millions de tonnes), avec de grandes disparités entre les pays. La récolte de l’Italie a chuté de 65% (213.000 tonnes) par rapport à 2020 (611.000 tonnes), tandis que celle du Portugal a augmenté de 36% à 189.000 tonnes. Les Pays-Bas, le plus grand producteur de poires d’Europe, produiront 325 000 tonnes cette année, en baisse de 19 % par rapport à l’année précédente. En Europe de l’Est, en revanche, les volumes attendus ont légèrement augmenté de 7 % avec une prévision de 119 000 tonnes pour cette année.

Alors que toutes les variétés de poires sont touchées à des degrés divers, seule la poire Rochas a affiché une augmentation de 38 % par rapport à la campagne 2020.

En dehors de l’UE, les prévisions de récolte étaient de 19,873 millions de tonnes supérieures à celles de l’année dernière.

Une offre bio construite autour de nouvelles variétés
Bien qu’il soit difficile de faire des estimations en raison du manque de données sur la production biologique, on sait qu’elle est affectée par le gel au même titre que les vergers conventionnels. La récolte de pommes biologiques attendue cette année est d’environ 65 000 tonnes et 3 100 tonnes de poires pour les membres de l’ANPP. A noter également que l’offre bio constituée au cours des prochaines années est majoritairement composée de variétés nouvelles, spécifiques et de qualité.

Sommaire
Les pommes et les poires devraient produire des récoltes européennes moyennes, les pommes sont proches du seuil de réserve du marché et il y a une pénurie importante de poires. Le potentiel européen pour le nouveau marché est égal à celui de l’an dernier, notamment lorsque la Pologne a annoncé une récolte de mauvaise qualité pour traiter 60 % des blocs.

READ  Niveaux du Tour de France 2021 - Cyclisme - Chien Olympique

En France et en Europe, les vendanges ont été retardées d’une à deux semaines par rapport à l’an dernier et sont revenues à la normale. Avec le rappel des variétés Golden, Gala et Jonagold, la taille des variétés internationales est légèrement supérieure à celle de l’an dernier. Le développement des types de clubs est très stable, d’autres types, pour la plupart polonais, se développent, mais avec peu d’influence sur le marché européen, ils sont principalement destinés au marché intérieur.

Des parts de Old Harvest ou de l’hémisphère sud ont été absorbées dans toute l’Europe. Quant à l’offre française de pommes, elle reste limitée mais suffisante pour le marché domestique cette année. En revanche, une pénurie importante de poires est attendue. Les pommes comme le gala ont une bonne capacité de stockage avec des tailles légèrement plus petites que la normale. Certaines variétés ont des défauts visuels dus au gel, mais d’autres variétés comme Gala ont de meilleures couleurs grâce aux couleurs plus basses. L’offre pour l’industrie sera meilleure que l’année dernière, avec des concentrations européennes plus faibles et donc une demande plus forte.

Néanmoins, la croissance de l’énergie européenne de Gala, qui comprend de nombreuses plus petites quantités cette année, reste à surveiller. La mauvaise qualité de la récolte polonaise devrait créer des flux importants vers l’industrie, notamment en Allemagne, où les marchandises ne peuvent pas être obtenues à partir de leurs vergers extensifs. Concernant la distribution bio, la question se pose de savoir si la demande croît aussi vite que la concession. On constate une augmentation significative (+ 15 %) du coût de l’emballage, indiquant + 3 à 5 centimes le kilo.

Il existe encore des incertitudes concernant les facteurs externes liés à la campagne, tels que la disponibilité du personnel, post-gouvernement.

Pour plus d’informations:
Vincent Currin
Association nationale de la pomme et de la poire
7 Rs Biscornet – 75012 Paris
Téléphone : +33 (0) 1 53 10 27 80
Télécopieur : +33 (0) 1 53 10 27 88

[email protected]
[email protected]
www.lapomme.org