Monde

La «variante belge» est en fait originaire de la République démocratique du Congo.

La souche du virus, appelée B.1.214, a été identifiée en avril 2020 en Afrique. Il a depuis circulé dans au moins 17 pays, dont la Belgique, la Suisse, le Danemark et la France.

L’annonce de la découverte d’une nouvelle variante de Sars-CoV-2 en Belgique c’était un peu trop vite. Car selon nos informations, cette nouvelle souche serait, en fait, apparue pour la première fois en République démocratique du Congo, une ancienne colonie belge. Puis dans la banlieue de Brazzaville, en République du Congo, il y a plusieurs mois.

Le service de génétique médicale du CHU de Liège a cependant déclaré que l’un de ses scientifiques avait été le premier à identifier cette variante. “CONTRE‘est notre chercheur Keith Durkin qui a identifié cette variante dans le cadre du programme national de surveillance génomique des virus qui a été lancé fin décembre dans notre pays “, Avait-il indiqué dimanche dans le journal le soir Vincent Bours, chef du laboratoire d’analyse et de séquençage du SRAS-Cov-2 à l’Université de Liège.

Mais la base de données internationale Gisaid, le plus complet au monde qui rassemble 842 000 séquences du coronavirus, nous permet de découvrir une histoire un peu différente. En extrayant les données, il est possible d’affirmer que si cette variante nommée B.1.214 est principalement présente en Belgique, alors dans au moins 16 autres pays, notamment la Suisse, le Danemark et la France, elle a été repérée sur des échantillons. Datant d’avril 2020 en République démocratique du Congo, puis en République du Congo! Soit trois mois avant la découverte rétrospective de la même variante en Belgique, retrouvée en juin 2020, sur d’anciens échantillons.

READ  Après l'ère Trump, le soulagement d'une jeune «rêveuse» et de sa mère s'installent aux États-Unis pendant vingt ans

VOIR ÉGALEMENT – OMS: le vaccin Covid de Johnson & Johnson est recommandé dans les pays où circulent des variants

Une collaboration entre l’Europe et le Congo

Une partie de la découverte en Afrique est le mérite des chercheurs de l’Université de Tübingen, en Allemagne, en lien avec des scientifiques de Brazzaville (Congo). «Nous avons confirmé l’origine de cette variante à partir des échantillons prélevés en novembre et décembre en République du Congo. Les résultats ont été communiqués au journal du groupe Nature, rapports scientifiques, spécifie un Figaro, Prof. Thirumalaisamy P. Velavan à l’Institut de médecine tropicale de Tübingen. Une telle recherche détaillée de cette équipe dans un article scientifique publié dans l’International Journal of Infectious Diseases, publié le 15 mars 2021 et intitulé (en français): “Surveillance du Sars-CoV-2 en République du Congo”. Grâce à une recherche rétrospective, ils ont trouvé des échantillons contenant cette variante datant d’avril 2020. Et un membre de son équipe le dit. “D’après la base de données GISAID, je confirme que les premières séquences de la ligne B.1.214 ont été rapportées par une autre équipe en République Démocratique du Congo (RDC) / Kinshasa et non depuis la Belgique”.

Interrogé sur l’origine africaine de la variante «découverte» en Belgique, Vincent Bours a simplement envoyé un article, extrait de la base de données Gisaid, décrivant les mutations de la variante portant le nom de code B.1.214 en janvier 2021, alors que Gisaid en avait deux fois moins les références. Qu’est ce qui c’est passé ? La situation n’est pas claire, mais il est possible qu’au moment où l’équipe belge a envoyé ses résultats à la base internationale de Gisaid en janvier, les chercheurs allemands et africains n’avaient pas encore soumis leurs analyses.

READ  Lors du mariage de son fils, une femme se rend compte que la mariée est sa fille

Seule certitude (et bonne nouvelle), cette variante n’apporte pas les mutations les plus inquiétantes qui caractérisent les variantes dites inquiétantes, que sont les variantes anglaise, sud-africaine et brésilienne. Selon les dernières informations disponibles, le poids de la variante «belge» dans la nouvelle contamination de la population en Belgique équivaut aux variantes sud-africaine et brésilienne, même si elles sont apparues plus tard. Et donc il ne devrait plus être contagieux, ni avoir un caractère “gravitationnel” accru …

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer