Économie

L’ampleur de la fraude aux prestations sociales

Entre 14 et 45 milliards d’euros de fraude fiscale en 2019. Le rapport publié le 8 septembre présente les conclusions de la commission d’enquête de la Cour des comptes sur l’état de la fraude sociale en France. La commission souligne notamment l’incapacité de la sécurité sociale à contrôler le paiement de ses prestations sociales. Ce rapport conclut une étude commandée par le Sénat à la Cour des comptes en novembre dernier, dont le but était de «mesurer l’étendue» de la fraude sociale et de «vider les possibilités». Décryptage.


L’ampleur de la fraude aux prestations sociales – iStock-_laurent

Entre 14 et 45 milliards d’euros

La Cour des comptes note une fraude sociale de près d’un milliard d’euros, un chiffre qui représenterait le “visage émergent de l’iceberg” selon le député EDI du Loir-et-Cher et rapporteur de la commission d’enquête sur la fraude sociale, Pascal Brindeau. Par définition, la fraude identifiée est celle pour laquelle le dommage a été quantifié et réparé. Selon diverses études, les dommages liés à la fraude «non découverte» s’élèveraient entre 14 et 45 milliards d’euros. Cette estimation est basée sur l’ampleur des prestations sociales analysées par la Cour des comptes versées en 2019. 521,4 milliards d’euros, soit 21,5% du PIB, ont été versés aux bénéficiaires des différentes entités dépendant du Fonds national. assurance maladie (Cnam), Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), Caisse nationale des affaires familiales (Cnaf), pensions complémentaires des salariés d’Agirc-Arrco et de Pôle Emploi.

Jusqu’à 573000 cartes Vitale supplémentaires

Le rapport de la Cour des comptes précise que les fraudes sociales identifiées se concentrent sur le << RSA, les primes d'activité et l'aide au logement pour les caisses d'allocations familiales (CAF), les agents de santé et les établissements de santé pour les caisses d'assurance maladie primaire, l'âge minimum pour fonds de pension, reprise de l'activité non déclarée pour Pôle emploi. »L'assurance maladie, notamment signalée par la Commission, aurait par exemple 152 000 résidents assurés moins de 6 mois par an en France et titulaires d'une carte vitale Le nombre total de cartes Vitale en excédent serait de 573 000, dont de nombreux cas de double affiliation. Pascal Brindeau explique également qu'en croisant les données de l'Insee et des différents régimes, la commission a identifié environ cinq millions d'assurances sociales de plus que pour les résidents en France, le régime d'assurance maladie à lui seul «2,4 millions d'assurés de plus que le nombre de résidents».

Plus de contrôle

À la demande de France Info le 9 septembre, le rapporteur de la Cour des comptes a également relevé une fraude importante dans les travaux à court terme, introduite en urgence après le début de la pandémie. En particulier, le système permet aux entreprises de déclarer les salariés partiellement au chômage sans qu’aucun contrôle ne soit effectué pendant un an. La commission d’enquête appelle à un renforcement des mesures de contrôle pour chaque organisation, ainsi qu’à un système de vérification des données par un «tiers de confiance» en croisant les données entre différentes organisations fournissant des prestations sociales. Le député souhaite que la lutte contre la fraude sociale soit l’une des priorités du gouvernement à court terme.

READ  L'Australie introduit la redevance kilométrique pour les voitures électriques

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer