Économie

l’assaut de la Bastille financière par les courtiers

Ce n’est pas l’assaut de la Bastille, c’est la conquête de Wall Street. “Nous assistons à la révolution financière française”Anthony Scaramucci, directeur éphémère de la communication de l’ancien président Donald Trump, a tweeté mercredi 27 janvier. Ce jour-là, des milliers de courtiers en valeurs mobilières qui ont échangé le mot sur le forum de discussion Reddit ont pris d’assaut le bilan des entreprises mourantes., y compris les magasins de jeux vidéo GameStop. Ils les ont élevés si haut qu’ils ont provoqué la faillite des hedge funds, les géants de Wall Street, qui avaient misé sur leur effondrement.

Révolte ou révolution, il est trop tôt pour le savoir, mais le phénomène a des origines profondes. Chance Landesman, 22 ans, est l’un de ces négociants en actions qui ont acheté 40000 $ (33000 euros) d’actions GameStop en cette folle journée et ont doublé sa mise le lundi 1.est Février. Le parcours de ce New-Yorkais, ancien étudiant en philosophie devenu peintre d’œuvres exposées sur Instagram, est emblématique de la génération millénaire.

Chance Landesman a ouvert un compte sur l’application en ligne Robinhood il y a six ans. Il a investi l’argent de poche qu’il avait accumulé en vendant des chemises de lycée et un don de 15 000 $ de son oncle pour son 18e anniversaire.

Les choses sérieuses commencent à l’hiver 2020: l’épidémie de Covid-19 éclate, Landesman prédit l’effondrement des marchés, mais ne sait pas comment en profiter. Inscrivez-vous sur le forum WallStreetBets (“Paris sur Wall Street”) sur le réseau Reddit, pour apprendre à gagner de l’argent à la reprise de Wall Street.

READ  Signal: qui se cache derrière la messagerie instantanée et comment est-elle financée?

“YOLO”

WallStreetBets a été créé en 2012 par Jaime Rogozinski, ancien consultant informatique pour la Banque interaméricaine de développement. Le père de 39 ans, qui vit maintenant à Mexico, était frustré par les conseils d’investissement traditionnels. “C’est trop risqué, n’achetez jamais cette action, vous ne gagnerez jamais”, nous avons constamment rétorqué, rapporte le Journal de Wall Street.

C’est ainsi qu’il a créé son propre espace de conseil boursier, avec le slogan “YOLO”, ” on ne vit qu’une fois ” (“on ne vit qu’une fois”). Le nombre de membres est passé à 500000 en 2019, grâce à l’enthousiasme des jeunes négociants en bourse, lorsque les frais ont été éliminés des courtiers en ligne, puis à 1 million lors du krach boursier de mars 2020.

Vous avez 77.88% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer