divertissement

“Laure et Maxine m’ont menti face à face”, se lamente Candice

Candice, candidate de Koh Lanta, armes secrètes. – A.ISSOCK / ALP / TF1

  • Candice, 24 ans, nigériane, a été éliminée après les conseils du quatrième épisode de Koh-Lanta diffusé vendredi sur TF1.
  • L’instructeur de survie avait fait confiance à ses coéquipiers Laure et Maxine qui ont en fait mis au point une stratégie pour s’assurer qu’elle était éliminée.
  • «Ce n’est pas dans mes valeurs et je n’aurais pas pu le faire. Mais si tout le monde est d’accord et dort sur deux oreilles: tant mieux », répond Candice 20 minutes.

Le couteau coincé dans le dos n’était pas une des “armes secrètes” imaginé par la production pour cette nouvelle saison de Koh-Lanta. Cela n’a pas empêché Maxine et Laure de le reproduire aux frais de Candice, dans le quatrième épisode diffusé vendredi le
TF1. Et ce n’était pas agréable à voir.

La monitrice de survie ligérienne de 24 ans, écartée de toute son équipe, celle des Reds, pensait avoir inversé la tendance et gagné la confiance de ses deux coéquipières. Il n’hésita pas à leur révéler qu’il venait de trouver un collier immunitaire. Le journaliste sportif et l’agriculteur, cependant, ne se sont pas contentés de divulguer l’information à d’autres, ils ont veillé à ce que Candice ne se sente pas en danger au conseil et qu’elle n’ait pas sorti le fameux collier. «J’ai hésité jusqu’à la fin! C’était un grand cas de conscience », confie-t-il 20 minutes la jeune femme qui est repartie avec le bijou synonyme d’immunité dans son sac à dos.

Le mot «trahison», utilisé par Denis Brogniart, est-il le plus approprié pour évoquer votre élimination?

Il faut recontextualiser les choses, c’est toujours un jeu, la stratégie fait partie intégrante de l’aventure. Après cela, cela ne correspond pas tellement à mes valeurs et à ma façon de voir les choses que je l’ai vécu comme une trahison. Laure et Maxine m’ont tellement menti, face à face …

Avec le recul, si vous pouviez remonter le temps et vous exprimer à nouveau devant vos coéquipiers qui vous ont éliminé, que leur diriez-vous – et surtout à Maxine et Laure?

Je pense que je dirais encore la même chose. Par eux-mêmes, bien faits pour leur stratégie, ils ont très bien joué. Comme je l’ai dit, ce n’est pas dans mes valeurs et je n’aurais pas pu le faire. Mais si tout le monde se sent bien et dort profondément, tant mieux. Je trouve que je ne méritais pas d’être éliminé compte tenu de mon investissement sur le terrain, de ce que j’ai essayé d’apporter sur les tests et sur l’entreprise. Venant d’une équipe que j’ai aidé à construire en partie, c’était un peu bouleversant et douloureux.

Avez-vous su vous expliquer à Maxine et Laure depuis la fin du tournage?

Pour le moment, nous n’avons pas eu l’occasion de nous rencontrer face à face compte tenu du contexte sanitaire. J’attends de les avoir devant moi pour en parler. Ils ne sont pas du tout en mode guerre ouverte, au contraire l’eau est passée un peu sous le pont, c’est toujours un jeu, mais c’est vrai que ce serait bien de pouvoir en parler comme ça. Nous en avons déjà discuté un peu au téléphone avec Laure.

Plusieurs membres de l’équipe rouge ont eu des mots durs envers vous. Vous étiez considéré comme “insistant” et “insistant” et en même temps on vous a reproché de ne pas être assez présent. Qu’est-ce que cela signifie pour toi?

Vous avez cité les propos de Laure pendant le concile. Il est vrai qu’en venant à elle, je ne comprenais pas du tout pourquoi le même jour elle me disait que j’étais trop fermée, que j’aurais dû m’imposer davantage. Maxine l’a également dit dans l’épisode précédent. Donc je n’ai pas trouvé cela justifié.

N’avez-vous pas été tenté, au dernier moment, de retirer votre collier immunitaire?

J’ai hésité jusqu’au bout! C’était un grand cas de conscience. Je pensais que si je jouais et qu’il n’y avait pas de voix contre moi, je me tirerais une balle dans le pied à nouveau. D’ailleurs, je voulais vraiment avoir confiance en mon équipe, dans l’alliance que je croyais avoir faite avec Maxine et Laure. J’ai proposé de partager mon collier pour aller le plus loin possible ensemble.

Vous êtes un expert en survie et n’avez pas manqué de donner des conseils sur le terrain. Pensez-vous que vous avez blessé la fierté masculine?

Je ne pense pas que ce soit une question de fierté blessée, mais plutôt une sorte de frustration. Je suis arrivé, je me suis retrouvé aux commandes, j’étais le plus jeune, la blonde, alors je me suis dit qu’il fallait que je trouve un moyen de me légitimer. Dans ce cas, apportant ma connaissance de la survie. Seulement, malheureusement ou heureusement, les gars avaient un bon niveau de survie, au moins ils avaient beaucoup appris avant de quitter ce qu’ils pouvaient faire, ils avaient regardé beaucoup de tutoriels. Le fait que je sois arrivé avec quelque chose de clé en main, leur expliquant que nous pouvons le faire pour le feu et donc pour l’abri, ce qui les a frustrés. Mais je ne les ai pas forcés à faire ce que je leur ai dit, c’était juste des conseils. Il ne faut pas oublier que, dans l’inconscient collectif, la survie reste un environnement très masculin. On pense à Mike Horn, Bear Grylls ou, sur Koh-Lanta, à
Teheiura ou Freddy… Ce ne sont jamais les noms des filles qui ressortent. C’est un peu compliqué de se tromper pour quelqu’un de légitime quand on est plus jeune et lorsqu’une activité habituellement réservée, ou plutôt plus destinée, aux hommes s’exerce dans l’inconscient collectif.

Vous avez donc payé le prix d’une attitude sexiste …

Je ne veux pas les condamner de cette façon. Je pense que c’était principalement un malentendu. Je ne veux pas les appeler sexistes, c’est un mot très fort. Frédéric, sur les réseaux sociaux, est qualifié de sexiste, mais il s’avère qu’il fait désormais partie des personnes dont je me suis le plus rapproché. C’est un gars avec des valeurs supplémentaires. Je ne veux pas leur donner cette image.

Sans dire qu’ils sont fondamentalement misogynes, il existe des préjugés sexistes dont nous ne sommes pas forcément conscients. Ce dont vous parlez, le fait que la survie dans l’inconscient collectif soit l’affaire des enfants, en fait partie. Vous dites que vous avez essayé de prouver votre légitimité à être chef cuisinier, diriez-vous qu’Hervé, qui était aussi chef cuisinier, se posait tant de questions?

Il y est habitué, c’est un dirigeant d’entreprise, il est plus âgé, il est plus expérimenté. Pour lui, c’est peut-être plus naturel que pour moi. Je me suis mis beaucoup de pression dès le départ, peut-être trop (rires).

Après son élimination, Marie nous a dit “Candice est trop humaine, elle ne voit pas le mal dans les gens”. Confirmer?

Je pense que c’est tout à fait justifié. C’est dans mon personnage: je veux voir le meilleur de chacun. Je savais que tu devais être méfiant Koh-Lanta, mais je pensais que c’était un peu tôt pour ça. Nous étions comme une équipe, dans les premiers jours de l’aventure. Je voulais donner une chance à tout le monde. J’aurais donc dû être plus méfiant – c’est quelque chose que je vois aussi dans la vie de tous les jours.

Si on vous demande de rejoindre à nouveau “Koh-Lanta”, allez-vous faire vos valises immédiatement?

De toute évidence. Je ne suis pas venu pour survivre, c’était juste une ressource, mais pour le défi sportif et l’aventure humaine. J’avais hâte de faire des événements individuels avec une grande impatience. Je suis très compétitif, donc ne pas pouvoir goûter est une grande frustration. J’en ai été privé. J’ai un énorme désir de me venger, que ce soit ou non Koh-Lanta ou dans des défis personnels.



545

Actions

READ  "En pleine pandémie, j'ai assisté à un concert live de Catherine Ringer" - Evening Edition Ouest-France

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer