Économie

Le 6 janvier à 17h30, les grands patrons britanniques gagnaient autant qu’un salarié en un an

Les grands patrons britanniques ont dû faire un effort cette année: pour gagner autant que le salaire moyen d’un Britannique, ils ont dû travailler trente-quatre heures, contre trente-trois heures l’an dernier. Selon les calculs du groupe de réflexion High Pay Center, les PDG des sociétés FTSE 100, les 100 premières sociétés cotées, ont égalé le salaire annuel d’un travailleur britannique le 6 janvier à 17h30.

Lire aussi En trois jours, les patrons britanniques gagnaient autant que les salariés pour toute l’année

Le calcul, qui établit chaque année le “jour des grands coups”, c’est-à-dire “Jour des gros chats” en anglais, c’est évidemment une approximation. Il est basé sur les rapports annuels de l’entreprise publiés en 2020, qui révèlent les salaires des patrons pour 2019, avant l’impact de la pandémie. Néanmoins, cela donne une bonne idée de la flambée de ces salaires très élevés. Aujourd’hui, ces grands patrons britanniques gagnent 120 fois plus que la moyenne des salariés, contre 50 fois en 2000 et 20 fois au début des années 1980.

Cependant, la relation est restée relativement stable pendant plusieurs années. Le salaire moyen des patrons du FTSE 100 en 2019 était de 3,61 millions de livres (3,99 millions d’euros), en baisse de … 0,5%. Il est difficile de voir une tendance fondamentale: en 2019, cinquante entreprises du FTSE 100 avaient réduit leur rémunération, mais quarante-neuf l’avaient augmentée.

Des inégalités évidentes

La récompense salariale la plus élevée cette année ne va pas à un financier mais à Tim Steiner, le patron d’Ocado, un supermarché en ligne. Co-fondateur du groupe, il a remporté le jackpot grâce à la flambée du cours de l’action de son entreprise, sur laquelle son bonus est indexé. Au total, il a gagné 58,7 millions de livres sterling en 2019.

READ  Wall Street, minée par les incertitudes, s'effondre en ouverture

Nouveauté 2020, les grandes sociétés cotées ont été contraintes pour la première fois de divulguer le salaire moyen de leurs salariés, par quartile. Cette information illustre les inégalités évidentes même au sein de grands groupes. Ils sont particulièrement forts dans la grande distribution: Ocado, JD Sports (magasins d’articles de sport) et Tesco (supermarchés) occupent les trois premières places – le salaire de leur patron est plus de 300 fois celui du niveau moyen de leurs employés (et aussi 2600 fois pour Ocado).

Paradoxalement, le secteur financier se porte beaucoup mieux, avec un ratio de 35, non pas parce que les salaires les plus élevés sont inférieurs, mais parce que le salaire moyen est très élevé.

Il vous reste 11,74% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer