La technologie

Le cloud, la vache à lait d’Amazon et une industrie toujours en développement pour Google

Publié le 3 février 2019 2021 à 5h54Mis à jour le 3 février 2019 2021 à 8h12

Le cloud est évidemment un secteur prometteur. C’est au chef de la division cloud d’Amazon, Andy Jessy, que le fondateur du géant de la distribution, Jeff Bezos, a décidé de céder la direction générale du groupe dès l’automne prochain. AWS a également démarré l’année dernière: le secteur du stockage et du traitement de données en ligne a enregistré des ventes de 45,4 milliards de dollars et un bénéfice d’exploitation de 13,5 milliards de dollars.

Cela représente donc une marge opérationnelle de près de 30%, avec une progression de près de quatre points en un an. AWS continue donc d’être la vache à revenus d’Amazon: l’année dernière, il représentait encore près des deux tiers (63%) du revenu net total du groupe.

Vers l’avant

Le groupe de Seattle a plus qu’une longueur d’avance sur Alphabet, sorti mardi pour la première fois son résultat opérationnel pour son activité cloud. Les revenus de Google Cloud, dirigés par l’ancien Oracle Thomas Kurian, ont certainement augmenté de 46% d’une année sur l’autre en 2020 pour atteindre 13 milliards de dollars, et les activités ont plus que doublé en deux ans.

Mais le groupe est arrêté pendant la phase d’investissement , et enregistre toujours de lourdes pertes d’exploitation: 5,6 milliards de dollars l’an dernier, soit 20% de plus qu’en 2019 sur un an et toujours 43% du chiffre d’affaires. La perte opérationnelle du cloud, en revanche, ne représentait “que” un tiers du chiffre d’affaires au dernier trimestre 2020, contre près de la moitié du chiffre d’affaires de l’année précédente.

READ  "La réglementation des données doit être mondiale"

“Plus d’investissements”

“La perte opérationnelle montre que nous avons construit notre infrastructure de manière significative avant d’avoir les revenus, nous en profiterons avec le temps”La CFO Ruth Porat a déclaré mardi. “Nous sommes dans une structure à coûts fixes et il y a encore des investissements à faire mais ce sera favorable”Le PDG d’Alphabet, Sundar Pichai, a ajouté. L’ampleur des pertes pourrait encore décevoir les analystes financiers. Et ils seront toujours importants au premier trimestre de cette année, en raison d’un effet saisonnier, a averti le CFO.

Avec des revenus publicitaires au plus haut de l’année dernière (54,6 milliards de dollars de bénéfice d’exploitation pour les services Google), le groupe peut encore largement financer ses investissements, tandis que le cœur de métier d’Amazon – la distribution – libère des marges beaucoup plus fragiles.

AWS, qui continue également de mettre en réseau le territoire aux États-Unis et dans le reste du monde, est actuellement plus en concurrence avec Microsoft, qui opère dans le cloud, en particulier la marque Azure. Fin janvier, le groupe dirigé par Satya Nadella publié chiffre d’affaires de l’activité «cloud intelligent» de 22,7 milliards de dollars pour le second semestre 2020. Avec un résultat opérationnel de 8,4 milliards de dollars soit un taux de marge de 37%.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer