Monde

Le Congrès contourne son veto sur le budget de la défense

Vendredi, le Congrès américain a infligé une humiliation sans précédent à Donald Trump en écrasant son veto sur le budget de la défense.

Le Sénat a adopté, avec 81 voix pour et 13 contre, ce budget de 740 milliards de dollars malgré “les objections du président” lors d’une session exceptionnelle le 1er janvier. Comme la Chambre des représentants l’a fait lundi, le texte est finalement approuvé.

Trump a utilisé son veto neuf fois

La majorité des élus républicains ont rejoint les démocrates, défiant leur chef au crépuscule de son mandat, alors qu’il se vantait toujours de leur soutien.

En quatre ans à la Maison Blanche, Donald Trump a utilisé son droit de veto neuf fois contre des projets de loi adoptés dans les deux chambres. Jusqu’à présent, le Congrès n’a jamais réussi à atteindre la majorité des deux tiers nécessaire pour l’annuler.

Cette gifle intervient alors que de plus en plus d’élus de son parti reconnaissent sa défaite à l’élection présidentielle du 3 novembre, ce qui n’est pas encore accordé. Piqué, le milliardaire avait dénoncé “un leadership républicain faible et fatigué” en début de semaine.

Le leader du sénateur républicain Mitch McConnell n’a pas abandonné, exhortant ses troupes à voter pour le budget de la défense 2021. “Il s’agit de nous assurer de rester dans la course face à nos concurrents comme la Russie et la Chine”, a-t-il déclaré à l’ouverture des débats vendredi. . «C’est aussi l’occasion de rappeler à nos soldats et à leurs familles qu’ils ont notre soutien», a ajouté l’influent sénateur.

READ  Le cœur brisé, l'Iran pèse sa réponse après l'assassinat d'un responsable du programme nucléaire

Un texte jugé trop favorable à la Chine

Fruit de longues négociations, le texte prévoit notamment une augmentation de 3% des salaires du personnel de la Défense. Comme c’est la coutume depuis plus d’un demi-siècle, il a été adopté début décembre par l’écrasante majorité de la Chambre à majorité démocrate et du Sénat sous contrôle républicain. Mais Donald Trump a annoncé le 23 décembre son veto, provoquant la consternation même dans son domaine.

Il trouve le texte trop favorable à la Chine et proteste contre la possibilité de renommer les bases militaires en l’honneur des généraux confédérés qui ont combattu pour la défense de l’esclavage pendant la guerre civile (1861-1865). Il lui a également reproché de ne pas avoir inclus l’abolition d’une loi, dite «article 230», qui protège le statut juridique des réseaux sociaux, qu’il accuse d’être biaisée à son encontre.

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer