Économie

le Conseil constitutionnel valide la disposition

Le Conseil constitutionnel n’a pas contesté la malus par poids. Cela pourrait alors entrer en vigueur et s’ajouterait à la pénalité CO2. Cependant, ce n’est pas prévu pour 2021, mais pour le 1er janvier 2022.

Après le vote final sur le projet de loi de finances 2021, les députés et sénateurs se sont tournés vers le Conseil constitutionnel pour juger de la légitimité de certaines mesures, dont la pénalité de poids. Ces députés et sénateurs ont estimé que les dispositions contenues dans l’article en question violaient les principes d’égalité devant la loi et devant la fonction publique.

Ils ont notamment estimé que cette taxe, cumulative avec celle du CO2, pouvait être confiscatoire, avec des pénalités représentant une part trop importante du prix d’achat du véhicule et devenant une charge excessive. Ils ont également souligné qu’avec un seuil d’activation fiscale de 1 800 kg, cette pénalité toucherait principalement les véhicules étrangers. Mais dans leur réponse, les essais écrivent qu ‘”il ne peut être utilement soutenu qu’une taxe qui se réfère uniquement à l’achat de certaines voitures par un particulier a un caractère confiscatoire”.

Les députés et sénateurs estiment qu’en prévoyant que le taux de taxe est celui en vigueur à la date de la première immatriculation du véhicule, ces dispositions entraîneraient une différence de traitement injustifiée en fonction du délai de traitement de la demande d’immatriculation. Mais pour le Conseil, il n’y a “aucune distinction injustifiée”.

Surtout, pour les députés et sénateurs demandeurs, l’exonération des véhicules électriques, à hydrogène et hybrides n’était pas justifiée au regard de l’objectif poursuivi, qui est de taxer les véhicules en fonction de leur poids et non de leur niveau d’émission. gaz carbonique. Sur ce point, le Conseil constitutionnel rappelle: “cette inégalité de traitement se justifie par la volonté du législateur d’éviter que cette taxe ne décourage l’achat de véhicules dont il juge l’impact global sur l’environnement inférieur et qu’il encourage également. Et donc l’acquisition” .

READ  Bayer Bureau Veritas, projet 600, Faurecia, Iliad, Lonza, Poxel, Valeo ...

Le Conseil ne voit donc rien qui néglige «le principe de l’égalité devant la loi ou toute autre exigence constitutionnelle» et estime que cela est conforme à la Constitution.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer