Actualité à la Une

le conseil scientifique redonne la responsabilité d’un nouveau rapport à l’exécutif

L’avis du Conseil scientifique est attendu sur le déroulement des élections régionales et départementales prévues les 13 et 20 juin. Le lundi 29 mars, il a été rendu au Premier ministre Jean Castex, qui le transmettra au Parlement. Selon l’avis, dont Le monde pris note, “L’état de la pandémie en juin 2021 est difficile à prévoir”. “Cela dépendra de la stratégie du gouvernement et de l’efficacité des mesures de freinage qui seront mises en œuvre”, c’est spécifié. Mais surtout, selon cet avis, “C’est la seule responsabilité des autorités politiques” arbitrer l’organisation des élections.

Le conseil scientifique ne veut pas être l’otage ou l’alibi du pouvoir politique. Par conséquent, il prévoit plusieurs scénarios, dont aucun n’est concluant. Il est clair que le conseil scientifique laisse la responsabilité de choisir la date de la tenue des élections régionales et départementales au pouvoir.

Cependant, pour ce dernier, un peu plus d’un an après le premier confinement lié à Covid-19, décidé après le premier tour des élections municipales de mars 2020, le traumatisme reste sans solution. Comment organiser des élections dans de bonnes conditions sans risquer l’accusation de brader la sécurité sanitaire? Ou, au contraire, comment envisager de les reporter en raison de la situation sanitaire sans être accusé de brader la démocratie? Ou, pire, sans être soupçonné de motifs politiques sournois.

L’exécutif a désespérément besoin de la martingale

Depuis l’épisode municipal, l’exécutif a désespérément besoin de la martingale, sachant que les oppositions, même différentes et peu bavardes sur leurs propositions, acceptent de le battre et ne lui accorderont aucune clémence. D’autant qu’à droite, plusieurs présidents de conseils régionaux sortants – Xavier Bertrand dans les Hauts-de-France, Valérie Pécresse en Ile-de-France, Laurent Wauquiez en Auvergne-Rhône-Alpes – sont en lice pour leur re -election.pour ou pourrait se présenter à l’investiture présidentielle 2022.

READ  "La question de l'origine du SRAS-CoV-2 se pose sérieusement"
Article réservé à nos membres Lire aussi Xavier Bertrand, candidat à la présidentielle 2022 en sécurité

Le gouvernement a donc tenté de supprimer la portée du calendrier régional et départemental qui devait se tenir en mars 2021. Tout d’abord, le Premier ministre, Jean Castex, a réuni chefs de parti et présidents à Matignon le 21 octobre 2020. groupes parlementaires pour tenter de parvenir à un consensus sur l’organisation du processus électoral. En vain. Il a ensuite confié à l’ancien président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré la mission de “Mener une analyse juridique et pratique de la situation et faire des propositions après avoir largement consulté toutes les parties intéressées”.

Vous avez 45,32% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer