Économie

Le gouvernement confirme qu’il n’y aura pas d’augmentation du salaire minimum

La messe avait été célébrée avant même le début du service. Le mercredi 16 décembre, lors du Conseil des ministres, il a été décidé que le salaire minimum augmentera de 0,99% au début de 2021, sans que cette hausse s’accompagne d’une poussée. Plus précisément, le salaire minimum passera à 10,25 € brut par heure, soit 1 554 € brut par mois, ce qui équivaut à une augmentation de 15 € brut par mois. “Cela peut sembler peu”, La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a reconnu mercredi sur LCI. Mais “Nous devons également garder à l’esprit que nous avons une inflation proche de zéro et que, par conséquent, il s’agit de la plus forte augmentation du pouvoir d’achat de ces dix dernières années”, Il a terminé.

Cette annonce confirme les récents propos de Jean Castex: le 3 décembre, le chef du gouvernement a déclaré que le salaire minimum serait “Probable” réévalué selon la seule règle d’indexation obligatoire et qu’aucun bonus ne serait ajouté.

Chaque année, juste avant Noël, l’État fixe le montant auquel le salaire minimum est augmenté de 1est après janvier. Les textes prévoient une augmentation, tous les douze mois, basée sur la combinaison de deux valeurs: l’inflation (mesurée pour les 20% les plus bas des ménages) et la moitié des gains de pouvoir d’achat du salaire horaire de base des travailleurs et employés (SHBOE). En plus de cette augmentation, qui est donc équitable, le dirigeant a la possibilité d’accorder une nouvelle augmentation, ce qu’il a fait, pour la dernière fois, au début du quinquennat de François Hollande, en 2012. Depuis, le SMIC évolué uniquement sous la formule de “Réévaluation automatique” (augmentation de prix + SHBOE donc).

READ  Wall Street fébrile malgré les annonces de la Fed

Défense de l’occupation

Les choix du gouvernement sont éclairés par un groupe d’experts qui soumettent un rapport annuel, dont les recommandations sont très cohérentes. Présidé par l’économiste Gilbert Cette, ce comité de savants l’a recommandé, comme les années précédentes “Abstenez-vous de toute aide”. Si le gouvernement en a donné un, “Cela risquerait de nuire à l’emploi des personnes les plus vulnérables”, soulignent les experts dans leur rapport, car la hausse des coûts de main-d’œuvre pourrait avoir un impact négatif sur l’embauche de personnes rémunérées au salaire minimum (ou proche du salaire minimum). Autrement dit, dans un contexte de récession exceptionnelle et avec une économie française déjà “fragile” avant la crise liée à l’épidémie de Covid-19, la défense de l’emploi doit primer sur l’amélioration du pouvoir d’achat. Sujets sur lesquels l’exécutif s’est mobilisé.

Vous avez 65,44% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer