Sport

Le jeune Killian Hayes sur les traces de Tony Parker?

Killian Hayes (avec le maillot des Choletais en 2017) a joué pour les Mauges pendant douze ans. – / AP / SIPA

  • Killian Hayes, l’ancien Choletais de dix-neuf ans, est l’un des cinq joueurs français sélectionnés pour le repêchage de la NBA, qui se déroulera dans la nuit de mercredi à jeudi.
  • Le réalisateur a beaucoup en commun avec Tony Parker.
  • Les éducateurs qui le connaissent bien s’attendent à ce qu’il fasse une bonne carrière, mais il reste encore beaucoup à faire.

Jeudi matin, cela pourrait entrer dans l’histoire du repêchage pour les basketteurs français. Killian Hayes, 19 ans, ayant terminé sa formation à
Cholet (
Maine-et-Loire), sera sélectionné parmi les joueurs les plus prometteurs de la NBA. Il devrait également faire mieux que
Franck Ntilikana (classé 8e en 2017) e
Joakim noah (en neuvième position en 2007), les deux meilleurs français à ce jour. En 2001,
Tony Parker il n’avait été sélectionné qu’à la 28e place, mais il reste de loin le plus brillant des Canadiens de la puissante ligue américaine.

Il y a de nombreux points communs entre Hayes et Parker. Comme son major, le futur rookie maugeois évolue en meneur. «Dès que j’ai vu Killian en U13 ou U15, on pouvait déjà imaginer un avenir très radieux pour ce gars, l’encens Thierry Chevrier, directeur de basket de Cholet. Quand il a joué son premier match avec l’équipe professionnelle, la comparaison est brillante, mais pour moi, c’était un deuxième Tony Parker. Il a un vrai talent. Il a tout pour réussir. Il a tellement de forces dans son jeu que peu de choses peuvent l’arrêter dans son développement. Même travail, mais toujours des profils différents. Killian est gaucher, Tony a raison. Le premier mesure 1,96 m, le second 1,88 m. “Il faut le laisser vivre son aventure, en espérant que cela le mènera le plus haut possible”, insiste-t-il.
Vincent Collet, l’entraîneur de la France, un peu agacé par l’affrontement.

Très fort mentalement

Cependant, les deux basketteurs se ressemblent également par leur précocité à atteindre le plus haut niveau. «Killian surmonte les obstacles avec une certaine facilité, poursuit Thierry Chevrier. En années U16, U18 ou U21 [à Cholet], était toujours surclassé et maîtrisait toujours son sujet avec facilité. Nous ne pouvions pas nous tromper sur l’avenir de ce jeune homme. “” Il est très talentueux, mais on ne peut pas prédire comment cela va se passer pour lui en NBA, où il aura tout à prouver “, craint-il. Erman Kunter.

L’entraîneur CB décrit son analyse de celui qui a joué à Ulm, en Allemagne la saison dernière [il a quitté Cholet en 2019 pour jouer l’Europe] : «En terme de basket pur, il a un style américain, car il aime le jeu rapide et ça va bien avec la NBA. Mentalement, il est armé et non sous pression. Le seul danger pour lui est l’aspect physique. Il est très jeune, et il s’agira d’être prêt à accepter le rythme des jeux qui se succèdent. Il devra travailler dur sur ce plan, car il n’a que 19 ans. Pendant les six mois que je l’ai eu à Cholet, il n’aimait pas vraiment ce métier spécifique. “

Les similitudes ne s’arrêtent pas là: les deux hommes sont animés d’une grande ambition et d’une grande confiance en eux. Thierry Chevrier: «Quand je vois Killian et Tony, naissent des concurrents qui veulent réussir et qui ont cette double culture américaine et franco-européenne. C’est un véritable atout pour s’intégrer au premier championnat du monde. Enfin, une dernière analogie, leur histoire personnelle (née d’un père américain venu en Europe) et leur stage à la française, Cholet pour Hayes, Centre Fédéral et PSG Racing pour Parker. Vincent Collet conclut: «Tout le mal que nous pouvons souhaiter à Killian est de suivre les traces de Tony Parker. Mais la route est encore longue car la carrière de Tony a été exceptionnelle. “

Un autre jeune homme formé en CB en NBA

Hayes est le septième joueur formé au basket de Cholet à avoir foulé les sols de la NBA pendant dix-sept ans, après Rigaudeau, De Colo, Beaubois, Seraphin, Gelabale et Gobert (le seul y jouant encore). Une trentaine de joueurs français ont déjà joué en NBA.

READ  Barrages européens: l'Islande ou la Hongrie dans le groupe Euro Blues

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer