Économie

Le plan de départ de Hop! retouché par l’administration

Un avion Hop! près de Lyon, en août 2020. – JP PARIENTE contre SIPA

L’administration du travail a révoqué le plan de départ prévoyant la suppression de 1 007 postes dans
la compagnie aérienne Hop!, filiale
par Air France, en raison de propositions de reclassement insuffisantes, ont confirmé des sources mardi.

La Direccte (Direction régionale du travail) des Pays de la Loire “précise clairement que les propositions de redistribution négociées correspondent à des conditions de recrutement externe, mais nous ne reclassons pas les salariés d’un groupe à un autre car nous recrutons de l’extérieur”, a déclaré Emelyne Fronteau, présidente du SNPL (syndicat des pilotes) à Hop!, confirmant des informations provenant de divers médias.

Reclassements chez Air France

Les populations les plus touchées par ces conditions de reclassement jugées défavorables sont les agents de bord et les capitaines. Ils pourraient déménager chez Air France mais sans regagner d’ancienneté, dans un poste non équivalent et sans garder leur salaire. Dans ces conditions, «un copilote qui a rejoint Air France il y a deux ans aurait plus de priorité qu’un capitaine (Hop!) Avec vingt ans d’expérience», a déclaré Emelyne Fronteau.

Un comité social et économique (CSE) est prévu mercredi à Nantes, la succursale. La direction de Hop! a la possibilité de présenter un nouveau plan de licenciement collectif tenant compte des motifs de refus invoqués par Direccte. Cette décision administrative “n’empêchera pas les fermetures planifiées (…), donc cela reste une catastrophe”, s’est plaint Joël Rondel, secrétaire de la CGT du CSE.

Près de 8500 emplois menacés au sein du groupe Air France

Le plan de départ volontaire (PDV) – Plan de protection du travail (PSE) de Hop! prévoit la suppression de 1 007 places (en équivalent temps plein) au sein de la filiale régionale d’Air France, dont 317 pilotes, 286 PNC et 404 agents au sol, sur un effectif de 2 421 emplois temporaires pleins. Au total, 8500 emplois ETP seront supprimés d’ici 2022 au sein d’Air France et Hop! dans le cadre du plan de transformation du groupe.

Sur le réseau court-courrier, alimenté en partie par Hop !, Air France perdait environ 200 millions d’euros par an en 2019. Le plan de transformation d’Air France, lancé avant la crise du Covid-19 et accéléré avec l’effondrement du trafic dû à la pandémie, prévoit une “rationalisation du réseau et une augmentation de la puissance de Transavia”, la compagnie low cost du groupe jusqu’à désormais positionné sur la moyenne portée, sur les routes internes.

READ  La Bourse de Paris est prête à reculer dans le flou des élections américaines

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer