Monde

Le président Ouattara réélu pour la troisième fois lors d’une élection boycottée par l’opposition

Le président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, à Abidjan le 31 octobre 2020. – CHINE NOUVEAU / SIPA

Élu en 2010, réélu en 2015, Alassane Ouattara, 78 ans, vient de remporter un troisième mandat présidentiel de cinq ans en Côte d’Ivoire sur le score de la rivière de 94,27% au premier tour. Son élection, dont les résultats ont été annoncés mardi par la Commission électorale indépendante (CEI), est controversée, l’opposition ayant boycotté le scrutin.

Une élection marquée par la violence

Selon le président de la CEI, Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, le taux de participation est de 53,90%. Le président sortant a recueilli 3 031 483 voix sur un total de 3 215 909 voix exprimées lors de ce scrutin marqué par la violence. Ils ont pu ouvrir environ 17 601 bureaux sur 22 381, le nombre d’électeurs inscrits ayant pu voter est ainsi passé de 7 495 082 à 6 066 441 inscrits. Des militants de l’opposition ont pillé ou empêché l’ouverture d’autres bureaux.

Le candidat indépendant Kouadio Konan Bertin est arrivé deuxième avec 1,99% des voix (64 011 voix). Deux autres candidats, qui avaient appelé au boycott, ont néanmoins reçu des votes. L’ancien président Henri Konan Bédié a terminé troisième avec 1,66% (53 330 voix) et l’ancien Premier ministre Pascal Affi N’Guessan quatrième avec 0,99% (31 986 voix). La CEI dispose de trois jours pour transmettre ces résultats au Conseil constitutionnel, qui dispose de sept jours pour les valider.

Une candidature controversée

Plus tôt cette année, il n’était pas du tout clair qu’Alassane Ouattara était toujours assis dans son fauteuil pendant les cinq prochaines années. Il avait annoncé en mars qu’il renonçait à une nouvelle candidature, avant de changer d’avis en août suite à la mort de son dauphin désigné. Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Surtout, la loi fondamentale ivoirienne prévoit un maximum de deux mandats, mais le Conseil constitutionnel a estimé qu’avec la nouvelle Constitution adoptée en 2016, le compteur des mandats présidentiels a été réinitialisé. Ce que l’opposition conteste.

Lundi, c’est-à-dire avant les résultats, l’opposition a annoncé avoir créé un «Conseil national de transition (…) présidé par M. Bédié» pour former un «gouvernement de transition». Le climat est donc particulièrement tendu. Au moins 9 personnes sont mortes dans les violences pendant le scrutin ou dans son sillage. Avant les élections, une trentaine de personnes étaient décédées dans des émeutes et des violences intercommunautaires depuis le mois d’août et l’annonce de la candidature d’Alassane Ouattara.

READ  Coronavirus: dans plusieurs pays, la "deuxième vague" devient une réalité

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer