Actualité à la Une

Le projet d’un hôtel de luxe sur l’île de Berder sème la discorde

L’île de Berder s’étend sur 23 hectares au cœur du golfe du Morbihan. – GILE Michel / SIPA

  • Propriétaire de l’Ile de Berder dans le Golfe du Morbihan, Michel Berder souhaite y construire un hôtel de luxe de 80 chambres.
  • Réunis dimanche à l’entrée de Berder, les opposants estiment que le projet «va dénaturer et défigurer l’île».
  • Le promoteur immobilier a toujours des soutiens dans la petite ville de Larmor-Baden.

C’est un endroit paradisiaque niché au cœur du golfe du Morbihan. Fierté des 860 habitants de Larmor-Baden, l’île de Berder fait pourtant sensation dans la petite ville bretonne depuis plusieurs mois. L’objet de la discorde est un projet hôtelier 4 étoiles de 80 chambres avec piscine, spa, hammam ainsi qu’un parking d’une centaine de places. Il est dirigé par Michel Giboire, chef du groupe immobilier du même nom, qui a acheté la pierre de 23 hectares en 2016 au groupe Yves Rocher pour environ quatre millions d’euros.

L’île est accessible aux visiteurs grâce à une joie qui relie l’île au continent à marée basse – GILE Michel / SIPA

L’île de Berder, qui a longtemps servi de lieu de villégiature, est donc privée, puisque Michel Giboire a installé sa résidence secondaire dans l’ancien bateau de pêche de l’île. Mais le joyau est toujours accessible aux visiteurs grâce à une joie qui relie l’île au continent à marée basse. Aux beaux jours, son sentier côtier est assailli par des randonneurs amoureux du calme de l’île, de sa végétation luxuriante et de sa vue imprenable sur le golfe du Morbihan.

Appels présentés pour bloquer le projet

Un cadre idyllique pour des balades en famille que les adversaires de Michel Giboire souhaitent voir préservées. Réunis dimanche après-midi devant l’entrée du Passage de Berder, ils dénoncent un projet qui “va bouleverser et défigurer l’île au profit de quelques clients fortunés”, selon Marc Chapiro, porte-parole du collectif Berder Ensemble. «Michel Giboire est le propriétaire de l’île, il a bien sûr le droit d’y rester», dit-il. Mais nous rejetons ce projet d’hôtel de luxe qui est absurde et n’apportera rien à la municipalité ».

Avec les autres opposants, il défend l’idée de faire de Berder un parc départemental et il l’a fait a lancé une pétition à cet effet. Le problème, c’est que l’île n’est pas à vendre et que le département n’est même pas acheteur, selon son président François Goulard. Pour bloquer le projet, les opposants ont donc lancé une offensive judiciaire, déposant notamment cet été un recours en annulation du permis de construire présenté par Michel Giboire ainsi qu’un recours contre le plan d’urbanisme local.

Des avantages économiques selon le pro-Giboire

Contacté par 20 minutes, le promoteur immobilier rennais n’a pas répondu à nos demandes, ne voulant pas “communiquer ou parler de ce projet en attendant les décisions de justice”. A Larmor-Baden, Michel Giboire peut encore compter
avec le soutien de certains résidents qui voient positivement le projet hôtelier. C’est le cas du conseiller municipal Christophe Guyomard qui a créé l’an dernier le collectif de citoyens pour le développement économique et social à Larmor-Baden. «Michel Giboire ne veut pas endommager l’île mais au contraire rénover des bâtiments en ruine et cela avec ses fonds privés», nous assure-t-il.

Il estime également que l’hôtel, s’il voit le jour, apportera des avantages économiques à la ville “qui se dépeuple avec des magasins fermant les uns après les autres”. “Cela créera des emplois bien sûr, mais une poignée d’anti-tout n’en veut pas”, se plaint-il. Ils sont contre le tourisme de luxe mais aussi contre le tourisme plus général car ils ont réussi suspendre le projet d’extension d’un camping «Les procédures judiciaires qui s’annoncent longues, les pro et les anti-Giboire n’ont pas fini de se déchirer à Larmor-Baden.

READ  le choc des Bleus avec l'Autriche

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer