science

le soleil peut nous aider à transformer le CO2 en matériaux utiles

La plupart des changements climatiques sont causés par un excès de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Nous devons réduire les émissions, mais aussi réduire leurs effets. Ces chercheurs ont trouvé un moyen de convertir ce gaz à effet de serre en d’autres matériaux.

Le dioxyde de carbone est le gaz à effet de serre le plus impliqué dans le changement climatique. La quantité de CO2 dans l’air ça n’a jamais été aussi haut. Pour cela, et pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, des mesures de réduction des émissions de CO2 ils sont urgents. Les scientifiques sont toutefois pleinement conscients que même si toutes les émissions étaient soudainement réduites, les effets persisteraient pendant des décennies.

La recherche environnementale vise donc non seulement à réduire les émissions à l’origine du changement climatique, mais aussi à trouver des solutions pour retarder ses effets. Une idée serait de «pomper» l’excès de dioxyde de carbone. En septembre 2019, les chercheurs ont annoncé qu’ils développaient un matériau qui absorbe le dioxyde de carboneet même le convertir.

Le Soleil peut-il nous aider à réduire la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère? // Source: bonnes photos gratuites / domaine public

Dans Journal de chimie physique, sur un elle étudie publié cet été 2020, une équipe de cinq scientifiques propose une idée quelque peu équivalente, sauf que leur méthode ne reposerait pas sur un nouveau matériau. Leur proposition est basée sur une source naturelle et renouvelable: le soleil.

Les UV favorisent la conversion d’une molécule

Les travaux de ce groupe de recherche, menés par des simulations informatiques, montrent que les UV (ultraviolets) émis par le Soleil peuvent efficacement exciter les oligophénylènes. Ces molécules organiques se transforment en anions négatifs lorsqu’elles sont excitées par les rayons UV. À mesure que le dioxyde de carbone devient plus réactif, il facilite le transfert d’électrons vers d’autres molécules proches. Un dialogue avec d’autres matériaux est donc possible (concevoir des plastiques, des meubles, des produits pharmaceutiques…), ce qui permettrait de réduire leur concentration dans l’atmosphère, utilement d’ailleurs.

READ  Ces aliments considérés comme «dangereux» pour le petit déjeuner, selon un nutritionniste

CO2 il est notoirement difficile à réduire, c’est pourquoi il vit dans l’atmosphère depuis des décennies. Mais cet anion chargé négativement est capable de réduire même quelque chose d’aussi stable que le CO2, c’est pourquoi c’est prometteur et c’est pourquoi nous l’étudions », Explique Shaama Sharada, co-auteur de l’étude, dans un commentaire à propos de son travail. La conversion du dioxyde de carbone est possible, mais elle nécessite beaucoup de chaleur et d’énergie. C’est pourquoi cette découverte est importante: la lumière ultraviolette permet potentiellement à cette transformation d’avoir lieu, sans un apport extérieur aussi exigeant.

Les chercheurs espèrent même développer un système entièrement renouvelable, jusqu’au catalyseur (la substance utilisée pour créer la réaction, ici entre UV et CO2). Ils tentent d’identifier ce qui pourrait être le meilleur catalyseur naturel en exécutant des simulations de chimie quantique sur le comportement des électrons et du CO.2.

Evidemment, ce n’est pas le genre de découverte scientifique dont l’applicabilité est immédiate, loin de là. Mais cette recherche démontre toute l’ingéniosité dont l’humanité est capable de trouver des solutions: la réduction des émissions combinée à la mise en place de «médicaments» scientifiques, tels que celui-ci ou autre, sont à la fois faisables et opportuns. réduire l’impact du changement climatique.

Crédit photo de cela: PxFuel

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer