Économie

Leclerc distribuera 25% des bénéfices à ses salariés

, publié le vendredi 18 septembre 2020 à 22h30

Pour récompenser les salariés pour leur entreprise pendant la crise sanitaire, Michel-Edouard Leclerc a annoncé que 25% des bénéfices leur seraient reversés.

«Tous les centres Leclerc qui génèrent des bénéfices paieront 25% du bénéfice avant impôts sous forme de bonus, gratifications, incitations». Au micro de France Info, le patron de la marque, Michel-Edouard Leclerc, a annoncé vouloir faire un geste pour ses salariés.

Les centres Leclerc générateurs de bénéfices distribueront 25% des bénéfices avant impôt à leurs salariés, restés majoritairement «fidèles» au plus fort de la crise sanitaire du Covid-19, Michel-Edouard Leclerc, le responsable de la signe.
«Nous préférons, même si c’est plus imposable pour l’entreprise, impliquer tout le personnel», a-t-il déclaré.

«La plupart des centres Leclerc ont payé le bonus Macron, mais nous faisons mieux. Les 1 000 € sont éphémères.

Au début, il y avait de nombreux absents en Alsace, où il y avait une grappe très forte, mais tout notre personnel était fidèle », a-t-il ajouté lorsque le gouvernement les a encouragés fin mars. Les employeurs doivent payer un prix non imposable pour récompenser la mobilisation.

350000 consommateurs de plus

Le responsable du cartel s’est également félicité de la bonne tenue de ses supermarchés qui ont gagné 350 000 consommateurs depuis la sortie de la confinement.

“Ils ont remarqué les différences de prix, a-t-il poursuivi. Le deuxième effet est la poussée. Pour des raisons pratiques et d’hygiène, cela a été très réussi. Les nôtres sont à + 50%. 17% des 1,1 million de consommateurs supplémentaires sont revenus au des magasins traditionnels tandis que les autres ont été répartis entre nos hypermarchés, nos lecteurs, nos formules de vente à domicile ».

READ  l'exécutif cherche le point d'équilibre

«Grâce à cette campagne, nous avons appris le numérique. Nous nous y attendions il y a 7 à 8 ans. En étant le leader de la campagne, nous avons pu financer la troisième phase, le commerce en ligne», a-t-il ajouté. pour expliquer les difficultés de certains concurrents.
Son groupe “va bien”, Michel-Edouard Leclerc nous assure qu ‘”il n’y aura pas de plans sociaux”.

«Je ne dis pas qu’il n’y aura pas de ruptures, quelques ajustements. Mais nous embauchons. Depuis 10 ans, nous recrutons 3 000 personnes par an. Cette année, nous le ferons plus lentement car il y a un effet Covid. Sur 1 200 magasins, un des dizaines de centres pagayent un peu », a-t-il poursuivi.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer